Face au bilan qu’elles jugent catastrophique du président sortant en matière d’égalité des droits et de lutte contre l’homophobie, mais aussi en réaction au score élevé obtenu par l’extrême droite dimanche dernier, plusieurs associations LGBT appellent à voter François Hollande au second tour de la présidentielle, le 6 mai prochain.

«MOBILISATION»
L’appel de la Lesbian and Gay Pride de Lyon et du Forum Gay et Lesbien de Lyon est clair: il faut «barrer la route à Nicolas Sarkozy» et «voter François Hollande». Pour les associations lyonnaises, le candidat PS a non seulement pris des engagements forts avec l’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe, mais a aussi entendu les revendications en matière de droits des trans’, contrairement au président sortant. «Si François Hollande est élu, il faudra se mobiliser pour que les engagements qui sont les siens se traduisent en actes le plus rapidement possible. Mais nos associations savent aussi, par expérience depuis 2007, que si Nicolas Sarkozy est réélu, une telle mobilisation ne suffira pas.»

«ÉLIRE CELUI QUI NOUS FERA SORTIR DE LA ZONE DE NON-DROIT»
«Tous partis confondus, les candidats favorables à la reconnaissance de l’homoparentalité totalisent 52,8% des voix et atteignent la majorité absolue dès le premier tour!», note avec enthousiasme l’Association des parents gays et lesbiens (APGL). «Pour les homoparents et leurs proches, il s’agit plus que jamais d’élire le président qui permettra de sortir les familles homoparentales, et les centaines de milliers d’enfants concernés, de la zone de non-droit dans laquelle ils sont maintenus depuis de nombreuses années.» Pour l’APGL, le choix est sans ambiguïté, François Hollande est le seul candidat du second tour à entendre les revendications des familles homoparentales.

«UN VOTE A-PARTISAN»
Même son de cloche chez Les Enfants d’Arc-en-Ciel, qui se félicite d’avoir fait entrer le thème de l’homoparentalité dans cette campagne présidentielle. L’association appelle «exceptionnellement» à voter François Hollande: «Ce vote ne peut être, dans le contexte actuel, qu’a-partisan: il porte non pas sur une représentation politique mais sur l’objet de notre association. Il s’agit simplement de donner une chance à nos familles d’être reconnues et protégées en droits».

«NI UN CHOIX PARTISAN, NI UN CHÈQUE EN BLANC»
Comme l’avait annoncé Nicolas Gougain au lendemain du premier tour, la commission politique de l’Inter-LGBT s’est réunie hier pour réfléchir à la position à tenir face aux résultats de dimanche dernier. Au vu du score de l’extrême droite, puis des propos récents de Nicolas Sarkozy, elle appelle sans équivoque à voter pour le candidat PS, «le seul vote crédible» selon elle: «Appeler à voter François Hollande au second tour de l’élection présidentielle n’est en rien un choix partisan ni un chèque en blanc signé au candidat. C’est une position objective pour notre organisation qui souhaite voir se réaliser l’égalité des droits pour les LGBT».

«QUE VOULONS-NOUS?»
Enfin, l’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) a choisi de ne pas expliciter son positionnement pour le vote du 6 mai, mais a rappelé sur son site les différents engagements (ou l’absence d’engagements) des deux candidats: «Que voulons-nous? Une France qui ne clive plus les familles entre elles, une France qui ne nie plus l’existence de certaines familles au profit d’un modèle traditionnel devenu minoritaire? L’État doit il être celui qui détermine ma capacité à être parent en fonction de mon orientation sexuelle? On nait homosexuel mais on choisit d’être parent.»