Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle qui a placé Marine Le Pen en «troisième homme» du scrutin avec un score historique de 17,9% des voix, Nicolas Sarkozy (27,18%), arrivé en deuxième position derrière François Hollande (28,63%), va sans aucun doute tendre la main aux électeurs du Front National pour espérer l’emporter au second tour le 6 mai prochain. La droitisation de sa campagne, sur des thèmes liés notamment à l’immigration et à la sécurité, n’est donc pas près de s’estomper pour les deux semaines à venir.

«ÉPOUVANTAIL»
Les questions LGBT, comme le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels qui constitue l’un des engagements de François Hollande, vont-elles faire partie de l’argumentaire du candidat de l’UMP pour chasser sur les terres du FN? Une militante de l’UMP (et du parti de Christine Boutin), interrogée hier par Libération au QG de campagne de Nicolas Sarkozy y croit. «Seuls Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen se sont opposés» au mariage pour les couples homosexuels, explique-t-elle au quotidien qui évoque un «épouvantail que l’UMP pourrait agiter pour ramener l’électeur frontiste vers son camp au second tour».

Quant à Claude Greff, secrétaire d’État à la famille, parmi les éléments de langage préconisés pour accueillir Nicolas Sarkozy ce lundi en Indre-et-Loire, il y a la question suivante: «Qui peut croire que lutter contre les discriminations, c’est accorder le mariage aux homosexuels?», révèle Rue89 qui s’est procuré le document malencontreusement égaré par la députée UMP.