Culture & Loisirs
Culture & Loisirs, Sorties | 23.04.2012 - 18 h 08 | 2 COMMENTAIRES
Alain Burosse commente les photos de son expo «Enfilanthropies»
Publié par
Figure du monde gay (“L'Œil du cyclone", "La Nuit Gay", sur Canal+), Alain Burosse expose au Duplex, à Paris. Entre souvenirs, fantasmes et bizarreries.

Jusqu’au 5 mai, au Duplex, célèbre bar gay du Marais parisien, Alain Burosse propose «Enfilanthropies», sa nouvelle expo-photo. Une cinquantaine de polaroids «grattés, surimposés, peints ou déchirés» et quelques photos numériques «liquéfiées», réalisés entre 1982 et 2002 par cette figure du monde gay, ex-monsieur Programmes Courts du Canal+ historique à qui l’on doit L’Œil du cyclone ou encore La Nuit Gay.

DÉDIÉE À FARRAH DIOD
C’est d’ailleurs à son amie Farrah Diod, disparue en janvier dernier, que l’expo est dédiée. Cette artiste trans’, pionnière de l’image de synthèse, avait réalisé le fabuleux générique de l’émission L’Œil du cyclone.

INSPIRÉE PAR JEAN LORRAIN
«Enfilanthropies, c’est l’amour profond de l’homme pour son prochain, nous explique Alain Burosse. Le titre de l’expo est inspiré de l’expression “enfilanthrope” avec laquelle se définissait Jean Lorrain (1855-1906), écrivain moustachu et esthète éthéromane (mais pas hétérosexuel) de la Belle Époque. Il écrivit pour Sarah Bernhardt et Yvette Guilbert, se battit en duel avec Marcel Proust et se parfumait outrageusement au patchouli. Amateur de lutteurs de foire et de forts des Halles, ses vers les plus célèbres restent: “J’ai couché cette nuit entre deux débardeurs/Qui m’ont débarrassé de toutes mes ardeurs”.»

Pour Yagg, Alain Burosse commente quelques-unes de ses photos qu’il a lui-même choisies. Et le résultat est très savoureux. Merci M. Burosse!

Alex en St Seb. «Après presque 20 ans de polaroids grattés, peints, déchirés ou surimposés, je commencais à tâter de l'ordo et d'une photo d'Alex jaillit aussitôt l'incontournable icône. C'est mon amie trans' Farrah qui m'initia à Photoshop: elle vient de disparaître et c'est à elle que je dédie cette expo. Ses photos d'hommes poilus avec 3D et ses collages au-delà des genres sont sublimes. Amour et respect.»

Nuit d'ivresse. «Le polaroid avec lequel j'ai découvert par hasard la surimposition, au cours d'une nuit solitaire arrosée, sonore et imagée. Je me souviens au moment des flashes avoir poussé deux cris de folle (on ne confondra pas avec une autre photo de l'expo: "Le cri de la biscotte").»

Come out. «Première photo de Manu, j'étais fou amoureux, il trapézait "merveilleusement, s'élançant si joliment vraiment…". C'est lui qui a choisi le titre.»

Ecstasy à Formentera. «Dance all night long: les premiers ecstasy – d'excellente qualité – nous entraînaient dans une sensualité collective et béate. Puis, au petit matin, avec Jorge nous allions nous aimer dans la piscine, dans la mer ou sous la douche. La vie en rose, quoi.»

Vanitez-moi. «Autoportrait dans les catacombes de Paris, là où il est écrit: "Vaines grandeurs, silence!".»

Lire la suite et la fin page suivante

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (2)
  • Par Christophe Martet aujourd'hui - 18 H 38
    Avatar de Christophe Martet

    Etrange et fascinant. Merci Alain!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Red aujourd'hui - 20 H 57
    Avatar de Red

    Bon au moins c’est original, ça explore de nouvelles techniques (enfin je ne m’y connais pas très bien en photo, mais j’imagine). Je ne sais pas trop si ça me touche, si je trouve ça vraiment beau…
    Je ne pensais pas que Formentera était une île si clubbeuse, j’espère/je crois moins que Ibiza. Ce n’est pas forcément le genre de photo que j’aurais ramené de cette île ahahah !

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.