Caroline Mécary, chargée de la lutte contre les discriminations dans l’équipe d’Eva Joly, était l’invitée de notre chat spécial présidentielle le 18 avril dernier. Voici l’intégralité des échanges.

Caroline Mécary: Bonjour à toutes et à tous. Je suis très heureuse de pouvoir débattre avec vous pendant l’heure qui va suivre sur les questions LGBT que j’attends avec impatience.

baloo: Bonjour, tous les candidats de gauche s’engagent concrètement dans la lutte contre les LGBTphobies et l’égalité des droits. Cependant, en parcourant le programme EELV et d’Eva joly, je ne vois pas la remise en cause des politiques d’austérité qui sont et seront un frein dans l’avenir de nos combats. Donc ma question, comment finance-t-on la lutte contre les discriminations et l’égalité des droits, si on ne remet pas en question les politiques financières qui mettent à mal et tendent à reduire les dépenses publiques?
CM: Tout d’abord le projet dEELV en matière économique est un projet de conversion écologique des modes de production. La question du financement de la lutte contre l’homophobie passe par des choix politiques et plus particulièrement ceux qui concernent la politique fiscale. En 2007, Nicolas Sarkozy, en supprimant les droits de succession, en instaurant les heures supplémentaires défiscalisées par exemple, a diminué considérablement les recettes de l’État.

Quoi qu’il en soit, la lutte contre l’homophobie passe d’une part par la mise en place d’une égalité des droits avec l’ouverture du mariage, de l’adoption et des procréations médicament assistées afin de mettre fin à la discrimination qui existe à l’égard des citoyens homosexuels. Cette discrimination «légale» qui existe aujourd’hui accrédite dans l’inconscient collectif une infériorité des homosexuels qui doit être éliminée. D’autre part, l’homophobie se manifeste soit par des paroles soit par des actes. Concernant les paroles, il existe encore une lacune juridique qu’il convient de combler. Il s’agit de la différence des délais de prescription permettant d’agir qui sont de 3 mois pour les propos homophobes alors qu’ils sont d’un an pour les propos racistes. EELV a déposé au début de l’année 2011 une proposition de loi permettant aux propos homophobes, sexistes et en raison du handicap d’être poursuivis pendant un an comme les propos antisémites ou racistes.

Gabriel: Finalement, y a-t-il des différences dans les partis de gauche sur les questions LGBT?
CM: Oui, je pense que le programme d’EELV porté par Eva Joly est très précis si on prend par exemple la question de l’ouverture du mariage qui implique un choix sur le maintien ou non de la présomption de paternité, les autres partis de gauche n’en disent pas un mot, alors qu’à EELV, nous sommes favorables à une présomption de parenté qui se substituerait à la présomption de paternité.

Si on prend la question de l’ouverture des procréations médicament assistées, EELV est favorable à la transposition du système qui existe aujourd’hui pour les couples hétérosexuels aux couples homosexuels, ce qui signifie que dès qu’un couple homosexuel aura un projet parental, les membres de ce couple s’engageront à être parents et lorsque l’enfant naîtra, les deux membres du couple seront sur l’acte de naissance, et la filiation à l’égard de l’enfant sera établie dès l’origine.

Karim: Bonjour. Quelle est la position d’EELV sur la GPA?
CM: Lors du Meeting de l’Égalité 2012 organisé notamment par l’Inter-LGBT le 31 mars dernier, Eva Joly qui était présente en personne a eu l’honnêteté de dire que la question de la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) n’était pas tranchée au sein-même du parti, que le débat devait se poursuivre. Mais elle a aussi indiqué très clairement qu’en tout état de cause, la discrimination qui existe à l’égard des enfants nés dans le cadre d’une GPA à l’étranger et pour lesquels le procureur de la République de Nantes refuse la transcription de leurs actes de naissance devait impérativement cesser. C’est pourquoi EELV et Eva Joly se sont engagés à permettre cette transcription des actes de naissance de ces enfants.

Delphine: EELV et Eva Joly sont-ils pour l’application sans réserve des 12 recommandations de M. Thomas Hammarberg (ancien Commissaire des Droits de l’Homme au Conseil de l’Europe) présentes dans son document thématique Droits de l’homme et identité de genre ainsi que pour l’application de la résolution 1728 de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe?
CM: Cette question est très importante pour des dizaines de milliers de personnes trans’ qui subissent une violence inouie nourrie par l’ignorance et le déni de cette réalité. C’est pourquoi Eva Joly et EELV se sont engagés à ce que la transphobie devienne un crtière légal de non-discrimination tout comme le sexisme, l’homohobie, etc. Eva Joly et EELV considèrent qu’il faut impérativement dépsychiatriser le parcours de changement d’état civil. Et donc nous nous sommes engagés à appliquer la résolution 1728 du Conseil de l’Europe. Par ailleurs, Eva joly et EELV se sont engagés à œuvrer pour le retrait du transsexualisme ou «trouble de l’identité de genre» de la liste des maladies définies par l’OMS.

Delphine: En cas d’élection de F. Hollande, ferez-vous pression pour que le rapport de l’Igas sur les questions trans’, écrit l’automne dernier, rapport mis au placard (peut-être trop explosif… ), soit rendu public?
CM: Je connais l’existence de ce rapport. Il est en effet important qu’il puisse être rendu public. Je ne sais pas si l’on peut faire «pression» sur François Hollande mais je ne vois pas pourquoi EELV ne pourrait pas appuyer une telle demande.

Collectif TRTD: Bonjour, nous sommes le collectif Tous Receveur, Tous Donneur et nous militons pour que l’arrêté de 2009 qui interdit à vie aux HSH de donner leur sang soit levé et que la contre-indication soit liée aux comportements des personnes et non à l’orientation sexuelle. La position d’Eva Joly ne semble pas claire sur cette question. Pourriez-vous la clarifier? Quelle est la position de la candidate? Celle du parti qu’elle représente? La vôtre? De plus seriez-vous prête à nous consacrer quelques minutes pour une interview-vidéo sur ce thème?
CM: Tout d’abord, je souhaite rappeler que je suis le conseil de Geoffrey Léger, bien connu des internautes puisqu’il a initié la première action visant à remettre en cause l’arrêté de 2009 et je l’accompagne dans cette action judiciaire. EELV s’est engagé à réviser le critère d’exclusion des hommes homosexuels et à proposer que le critère soit défini sur la base des «pratiques à risque» et non sur les populations à risque. J’ajoute qu’EELV entend supprimer l’interdiction des soins post-mortem pour les personnes atteintes du VIH et des hépatites. Et bien sûr, je serai ravie de répondre à vos questions dans une vidéo.

Bruno Wiel: Bonjour Caroline, quels moyens Mme Joly propose-t-elle pour accélérer le fonctionnement des tribunaux qui sont débordés?
CM: Bonjour Bruno. Cela me fait plaisir que vous posiez cette question car je sais qu’elle vous tient à cœur, vous qui avez courageusement été confronté à vos agresseurs devant la cour d’assises de Créteil en janvier 2011. Eva Joly et EELV sont très attachés au bon fonctionnement de l’institution judiciaire. Parmi les propositions que nous faisons dans ce domaine, il y a notamment la nécessaire augmentation du budget de la justice (pour son fonctionnement institutionnel avec diminution des moyens alloués à l’administration pénitentiaire). Ceci doit passer par ce que l’on appelle une loi de programmation sur le prochain quinquennat qui a pour objet de donner aux juridictions les moyens de leur fonctionnement (magistrats, greffiers, experts) et ce afin de réduire les délais de traitement des différentes affaires (délais qui aujourd’hui ne sont vraiment pas raisonnables).

John: Pourquoi à votre avis la campagne d’EELV n’a pas rencontré le succès populaire qu’elle a pu avoir lors d’autres élections? (les européennes, je crois).
CM: L’élection présidentielle est toujours une élection difficile pour l’écologie. Le projet politique de la transition écologique de la société peut paraître complexe pour certains alors même que les problématiques environnementales sont une préoccupation de très nombreux citoyens. Et pourtant Eva Joly a été très présente sur le terrain, elle a rencontré dans tous ses déplacements un excellent accueil qui n’a pas forcément été relayé médiatiquement. Elle a abordé de très nombreux thèmes: nucléaire, logement, santé, production économique, justice, corruption, finance, droits LGBT, etc.

Lire la suite et la fin page suivante.