France
Société | 12.04.2012 - 19 h 31 | 17 COMMENTAIRES
«Le Baiser de la Lune»: Réactions d’enfants
Publié par
Jeudi 12 avril, deux classes de CP-CE1 et de CM1-CM2 ont pu assister à la projection du film «Le Baiser de la Lune». Ces séances étaient les premières interventions de SOS homophobie auprès d'élèves de primaire. Yagg y était.

Ce matin, deux projections du Baiser de la Lune de Sébastien Watel étaient organisés au cinéma Le Brady, dans le Xe arrondissement de Paris, la première une classe de CP-CE1 (Paris), l’autre pour des CM1-CM2 (Montreuil). Les enfants ont ensuite participé à une discussion animée par des intervenant-e-s de SOS homophobie, une première pour l’association qui intervient d’habitude dans les collèges. Yagg a assisté à la deuxième projection. Reportage.

Après la projection, face aux enfants, les trois intervenant-e-s y vont pas à pas, jonglant entre les réactions. Les élèves racontent le film en quelques mots, certains réalisent même qu’ils ont loupé quelques détails de l’histoire: «Ah, c’était deux garçons?!». Le personnage d’Agathe, qui s’oppose à l’histoire d’amour entre Félix et Léon, les héros du film, fait rapidement débat: «Vous trouvez qu’elle a tort? À sa place, qu’est-ce que vous feriez?». Plusieurs mains se lèvent pour demander la parole. Une des élèves semble soutenir la réaction homophobe du personnage: «Des fois, il y a des gens qui se moquent…», explique-t-elle. Très vite, le parallèle avec le racisme est fait. «On est tous d’accord avec le fait qu’il ne faut pas se moquer des autres en raison de leur différence?» Au fond, une autre main se lève: «C’est ce qu’on appelle des discriminations.»

L’HOMOSEXUALITÉ, UN CHOIX?
La question du choix est aussi abordée: Félix a-t-il choisi d’être attiré par un autre poisson garçon? La réponse est majoritairement négative. «Ça vient tout seul», admettent les enfants. Qu’a-t-il choisi alors?

«Comment il a envie de vivre son amour avec Léon»
«Il écoute son cœur»

«Dans la vie vous connaissez des personnes homosexuelles?», demandent les intervenant-e-s. «Oui, le maire de Paris», répondent les enfants, presque à l’unisson. «Et dans votre entourage?» Les réactions sont moins nombreuses. Comme le dira plus tard un autre enfant, «c’est rare les gens comme ça», une réaction qui révèle à quel point les stéréotypes de genre sont déjà ancrés. Les préjugés sont très forts quant à l’image que les enfants se sont construite des gays, des hommes forcément efféminés, et des lesbiennes, des femmes forcément masculines. Ces mêmes préjugés semblent calqués sur les jeux et les sujets de conversation qu’ils/elles s’assignent: le foot et les jeux vidéos pour les garçons, le shopping et les poupées pour les filles.

«Et si dans votre école, un garçon aime un autre garçon?» «On va le frapper!», s’écrit une voix avant de pouffer. Car dans la pratique, la condamnation des comportements discriminatoires et homophobes ne va pas forcément de soi, et si le racisme est très vite identifié et condamné, l’homophobie est beaucoup moins visible pour les enfants.

Pour conclure l’échange, les intervenant-e-s jouent franc jeu avec les enfants:

«Des gens pensent que le film que vous venez de voir risque de vous troubler. Est-ce que vous croyez qu’avoir vu Le Baiser de la Lune va vous faire devenir gay ou lesbienne?». C’est un «non» unanime.

Quelques réactions des enfants:

À l’issue de plus d’une heure d’échanges avec les intervenant-e-s de SOS homophobie, les enfants repartent. «Nous avions fait un travail sur l’éducation sexuelle et sur la relation à l’autre, donc le film complète ce que nous avons abordé et leur permet de sortir de la salle de classe, explique Bruno Saunier, leur enseignant. Ces enfants ont beaucoup de préjugés sur tout ce qui est différent d’eux. Ce genre de séance apporte vraiment quelque chose.» La réflexion se poursuivra en classe.

UNE PREMIÈRE DEVANT DES ÉLÈVES DU PRIMAIRE
«L’intervention de ce matin est une première devant des élèves du primaire», explique Bartholomé Girard. Pour l’ancien président de SOS homophobie, Le Baiser de la Lune représente l’occasion de lancer une vraie dynamique de sensibilisation auprès des publics scolaires. Revenant sur les réponses des questionnaires adressés aux candidat-e-s à l’élection présidentielle, il pointe du doigt la frilosité de la plupart des candidat-e-s à engager la sensibilisation dès l’école primaire: «Souvent les candidats répondent qu’ils souhaitent faire cette démarche seulement à partir du collège».

Pourtant la séance et la discussion qui a suivi sont éloquentes: déconstruire les idées préconçues liées au genre, prévenir les comportements homophobes, sensibiliser aux discriminations, ces actions peuvent être enclenchées dès l’école primaire et semblent grandement nécessaires au vu des réactions et des interrogations des enfants, empreintes autant d’innocence que de préjugés.

Après de vifs débats depuis sa création il y a deux ans, le film de Sébastien Watel est enfin accessible aux enseignant-e-s qui souhaitent commencer un travail de sensibilisation sur les discriminations devant des enfants. Aujourd’hui, ils/elles ont la liberté pédagogique de présenter le film devant leurs élèves. Mais pour SOS homophobie, cela reste insuffisant. «Le ministère de l’Éducation nationale pourrait mettre en place un module dans la formation des enseignants pour leur permettre d’être capables d’aborder ces sujets, suggère Bartholomé Girard. Il n’y a pas assez d’associations qui interviennent en milieu scolaire. En 2011, nous sommes intervenus dans 350 classes, il y a une demande croissante de la part des enseignants, mais cela reste une goutte d’eau».

La bande-annonce du Baiser de la Lune:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Bande annonce Le Baiser de la Lune

Print This Post
Avatar de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (17)
  • Par Allamand 12 avr 2012 - 20 H 32

    “…SOS homophobie, une première pour l’association qui intervient d’habitude dans les collèges…”

    et lycées … :)

    Signaler ce commentaire

     
  • Par LaMeringue 12 avr 2012 - 20 H 33
    Avatar de LaMeringue

    Je trouve les enfants assez incroyables ! C’est très beau !
    D’autres interventions sont-elles prévues ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Natow 12 avr 2012 - 20 H 45
    Avatar de Natow

    Génial ! :D

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Fitz 12 avr 2012 - 21 H 24
    Avatar de

    @lameringue “Ahhhh! Les enfants sont merveilleux!” Sale blonde naïve va <3

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Juliette 12 avr 2012 - 21 H 54

    Les enfants ne sont pas encore trop influencés par les préjugés de notre société, ils sont beaucoup plus ouverts que les adultes. Ils s’en foutent qu’il s’agisse de deux hommes, de deux femmes ou d’une femme et d’un homme, ils voient que les deux personnes s’aiment et c’est tout, pas besoin de se poser des questions, ce n’est que de l’amour.
    Je pense que ce sont les personnes les moins troublés, les moins perturbés par ce dessin animé où deux petits poissons s’aiment. Il faudrait les préserver non pas de la vision de femmes et d’hommes qui s’aiment mais des préjugés portés par notre société.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luckygirl 12 avr 2012 - 23 H 05
    Avatar de luckygirl

    Vivement que l’on puisse le voir enfin en entier sans devoir repasser sur les bancs de l’école. Je sais qu’il est passé sur la télé dernièrement mais n’en ayant pas je mise sur le web prochainement…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Communard 13 avr 2012 - 0 H 18

    Je lis “les enfants” dans de nombreux commentaires. Il faudrait plutôt écrire “des enfants” ou “ces enfants-là”. Un reportage n’a jamais constitué une vérité scientifique. Tout ce qui généralise par trop peut nuire à la cause qui est défendue et que je partage. Les réactions hostiles se multiplient déjà et vont se multiplier. Elles ne viennent pas d’une majorité de parents mais des parents les mieux “organisés”. Et ces parents-là bien qu’ultra minoritaires peuvent compter sur des soutiens logistiques et moraux très influents .pour devenir les “locomotives” de la pensée de la majorité silencieuse. Un train peut en cacher un autre… On voit ce qu’il en est de l’avortement en ce moment. Vigilance donc. Et surtout, il faut que les LGBT-parents et ceux qui veulent le devenir ou ceux qui les soutiennent s’organisent. Mais pas en petits groupuscules mais en un mouvement structuré et solide. Il faut des ressources humaines pour cela. Un peu comme quand l’association Aides a été créée, en 1984. Le jeune Enarque Richard Descoings a contribué alors à donner à cette première association de lutte contre le sida des fondations toujours solides, malgré les vicissitudes de l’Histoire et celles de cette association. Cela fait presque 30 ans. Par parenthèse, je ne soutiens pas l’évolution contemporaine de l’association Aides qui s’est technocratisée au mauvais sens du terme avec Saout. Simplement, je souligne l’efficacité de l’intervention d’un “technocrate” au…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Communard 13 avr 2012 - 0 H 19

    Par parenthèse, je ne soutiens pas l’évolution contemporaine de l’association Aides qui s’est technocratisée au mauvais sens du terme avec Saout. Simplement, je souligne l’efficacité de l’intervention d’un “technocrate” au moment où cela était nécessaire. Il ne faut jamais hésiter à s’entourer de compétences quand l’enjeu est aussi crucial.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Ruelle 13 avr 2012 - 0 H 25
    Avatar de Ruelle

    je trouve magnifique que des actions comme celle-ci sont possibles en France… j’envoie cette nouvelle à mes collègues russes…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par un chemin 13 avr 2012 - 7 H 57
    Avatar de un chemin

    «Ah, c’était deux garçons?!»
    Cette réaction me semble tellement caractéristique. Quand on est formaté à ce que “l’amour ce soit entre un garçon et une fille”, on peut vous montrer l’amour entre deux garçons, on applique son propre calque et on ne voit rien qui dérange.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Bruno 13 avr 2012 - 8 H 57

    Ce serait intéressant d’avoir un retour des parents, savoir si ces enfants en ont discuté en rentrant dans leur foyer ?
    En tout, cas, ravi que de telles interventions puissent de faire !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Yann 13 avr 2012 - 10 H 35
    Avatar de Yann

    IlLEs sont mignonNEs, c’est vite dit. “«Et si dans votre école, un garçon aime un autre garçon?» «On va le frapper!»” OuvertEs, peut-être, mais les préjugés de leurs parents/aînéEs les formattent déjà.
    En tout cas, j’aimerais bien le voir ce film.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par phil86 13 avr 2012 - 11 H 57
    Avatar de

    Les enfants et les ados, il faut les prendre là où ils en sont et les mener là où nous voulons les mener : vers une plus grande ouverture d’esprit et acceptation des différences qui n’empêchent pas que nous soyons tous des humains embarqués dans le même bateau, et qu’il nous faut bien vivre ensemble. Il ne faut pas trop s’offusquer des réactions plus ou moins homophobes de certains enfants et a fortiori de certains ados : elles ne sont que le reflet de leurs doutes sur eux-mêmes, sur la sexualité, l’amour, ils sont en construction de leur identité, il est normal qu’ils rechignent à accepter ce qui peut les pousser à regarder qui ils sont vraiment. Quand j’étais ado, et même avant, je savais au fond de moi que j’aimais les garçons mais je ne mettais pas de mots là-dessus, je ne me définissais pas (encore) comme homosexuel. Aidons les jeunes à se construire dans ce qu’ils sont, hétéros, homos, bis, peu importe, mais aidons-les ce qui passe par accepter de les laisser s’exprimer et peut-être dire des choses qui peuvent nous choquer mais ils ne pourront pas progresser sur ce chemin sans cette libération de leur parole, qui doit ensuite être avec eux déconstruite pour qu’ils comprennent avec distance, en se détachant des préjugés qu’ils portent en eux, ce sur quoi ils portent parfois des jugement hâtifs et péremptoires.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par 13oli 13 avr 2012 - 16 H 38
    Avatar de 13oli

    @Yann,
    Le DVD est disponible pour 12,40€ (port inclus) à cette adresse :

    http://www.le-baiser-de-la-lune.fr/acheter-le-dvd/

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Yann 13 avr 2012 - 16 H 45
    Avatar de Yann

    @bertrandeparis Merci

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 13 avr 2012 - 23 H 41
    Avatar de babar

    “Aidons les jeunes à se construire dans ce qu’ils sont, hétéros, homos, bis, peu importe, mais aidons-les ce qui passe par accepter de les laisser s’exprimer…”

    Il ne me semble pas que les jeunes attendent qu’on les “aide”. Dans la plupart des sujets, ils surpassent nos mentalités figées d’adultes et nos aptitudes techniques. Ils attendent qu’on les prenne au sérieux et pas qu’on les considère comme des êtres humains pas encore finis. Mais adultes, l’est-on un jour ? Ils attendent donc non pas qu’on les “aide” mais qu’on échange avec eux. Don et contre-don. Or ce dialogue entre adultes et jeunes a été rompu. Il ne faut pas s’étonner dès lors que cela puisse entraîner des réactions violentes, dirigées contre soi ou contre les autres.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Mangetsu 1023 26 mar 2013 - 19 H 57

    Mais quelle idée brillantisime ! J’aurai adoré voir ce film quand j’était gosse ! Moi aussi ça m’intéresserait d’avoir un retour des parents qui en ont discuté avec leurs enfants. Il faut effectivement les sensibiliser le plus tôt possible ! Ce que je trouve drôle c’est comme, certains enfants (dont moi, lorsque j’étais petite) réagissent naturellement en trouvant ça normal ou sans que ça ne les dérange trop alors qu’ils en non pas forcément parlé avec leurs parents. Cela prouve qu’ils s’étaient déjà forgés une opinon tout seul. Bref, belle initiative ! ^^

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.