mk: Si vous n’êtes pas au deuxième tour, appellerez-vous à voter pour François Hollande?

Clémentine Autain: Avez-vous déjà vu que la gauche n’appelle pas à battre la droite au second tour? Nous nous mobilisons pour que Jean-Luc Mélenchon soit en tête mais, bien sûr, nous appellerons à voter pour le candidat de gauche présent au second. Cela ne vaut pas accord de gouvernement…

Bertille: Le droit à la PMA sera-t-il lié à l’étendue du droit au mariage aux couples de même sexe, ou pourra-t-on en bénéficier hors mariage?

Clémentine Autain: J’espère bien qu’on pourra en bénéficier hors mariage! Vous connaissez le penchant de Jean-Luc Mélenchon pour la nuptialité. Nous sommes favorables à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe au nom de l’égalité mais nous ne militons pas pour que tout le monde se marie et puisse être parent uniquement dans ce cadre!

Kévin Gagneul: Pouvez vous détailler vos idées et votre programme concernant le lutte contre le VIH? Concernant le lutte contre la sérophobie? Pour l’accès aux traitements, la baisse des prix des anti-rétroviraux (même en France).

Clémentine Autain: Cette lutte s’intègre dans notre politique de développement des soins et de la prévention. Aujourd’hui, les reculs sont nombreux en raison du régime minceur imposé aux comptes publics. Nous voulons sortir des plans de rigueur par une relance fondée sur le partage des richesses. Dans ce cadre, des moyens nouveaux pourront être dégagés pour la santé. Si l’on reste dans le cadre de la rigueur budgétaire, tout ne peut aller que de mal en pis. Sur la base de cette ambitions et des recettes nouvelles que nous voulons dégager, la lutte contre le sida doit tenir une place toute particulière tant du point de vue du développement de la recherche que de la prévention essentielle pour limiter les contaminations. L’aide aux malades sera améliorée par un service de santé plus performant et nous lutterons contre les stéréotypes sur cette maladie. En tout cas, nous n’oublions pas combien la lutte contre le sida n’est pas terminée en France et ailleurs.

Caro: Êtes-vous favorable à la suppression de la mention du sexe indiquées sur les pièces d’identités?

Clémentine Autain: Oui!!! De quoi je me mêle? Si j’ai plus envie d’être une femme un jour, cela me regarde, bon sang. D’ailleurs, je continue de m’interroger sur ce qu’est une femme… Assurément, le produit d’une histoire…

LGBT Réunionnaise: La Réunion se retrouve avec un taux de chômage de 60% pour les 18-25 ans. La précarité est une source de malaise permanente à la réunion. Beaucoup de jeunes dans le placard (fénoir) ne rêvent que de quitter l’île pour pouvoir vivre leur vie.

Clémentine Autain: Il faut aider La Réunion à accroître son autonomie économique. Notre logique de partage des richesses et de VIe République doit s’appliquer dans les Outre-mer. Je sais la situation particulièrement préoccupante du point de vue social et économique notamment pour les jeunes sur votre île. La relance par l’activité et la transition écologique doit s’appliquer sur ce territoire. La consolidation des droits attachés à la personne doit permettre d’améliorer les conditions de vie du plus grand nombre.

Stephane: Clémentine, avez-vous conscience que beaucoup de gays voteront pour Marine Le Pen?

Clémentine Autain: Beaucoup, je n’en sais rien. Le discours de Marine Le Pen est pourtant profondément homophobe. Sa lutte contre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe se fait sur la base d’arguments édifiants particulièrement rétrogrades. Elle est du côté de l’ordre et de la norme. Et donc de la hiérarchie des sexes et des sexualités. Nous la combattons sur ce terrain comme sur tant d’autres. Tout nous oppose au Front national. Les gays et les lesbiennes ne verront pas leur sort améliorés avec une droite dure au pouvoir. Je mets en l’occurrence Sarkozy dans le même sac puisqu’il est aussi opposé à l’avancée des droits LGBT. Ceci étant, les femmes en obtenant le droit de vote en 1944 ont majoritairement d’abord voté à droite. Va comprendre Charles…

lydia: Bonjour! J’aimerais savoir quel regard vous portez sur la hausse du Front de Gauche dans les sondages?

Clémentine Autain: Un regard enthousiaste, heureux et jouissif. Notre pari était juste. Il y a dans ce pays une envie de gauche. D’une gauche pour de bon face à une droite dure. Jean-Luc Mélenchon porte une vision du monde, ce qui redonne des couleurs à la politique qui ces derniers temps s’était perdue dans les discours et les réponses technocratiques. Cela fait du bien! Sa candidature s’appuie sur un mouvement profond que l’on a vu à l’œuvre au moment du «non» de gauche au TCE en 2005 ou de la mobilisation sur les retraites. Maintenant nous transformons ces résistances en projet en positif pour une transformation sociale et écologique. Ce n’est qu’un début… Une nouvelle force est en construction. Plus notre score sera élevé le 22 avril, plus nous aurons du souffle pour faire fructifier cet espace politique et peser concrètement sur les choix gouvernementaux à venir.

Pierre: Que répondez-vous à ceux qui estiment le programme économique du Front de gauche inapplicable?

Clémentine Autain: Que ceux qui sont appliqués aujourd’hui sont insupportables et que nous sommes les plus réalistes car il n’y aura pas d’amélioration de nos vies sans affrontement avec le monde de la finance et sans nouveau souffle pour nos règles démocratiques. Au Front de gauche, nous savons faire les additions et les soustractions. Nous proposons de dégager 195 milliards d’euros pour relancer l’économie quand tous les autres candidats promettent une saignée pour nos comptes publics. Partager les richesses, c’est parfaitement applicable même si cela suppose de combattre le pouvoir des marchés et de l’oligarchie.

Gaby: Que pensez-vous de cette affiche qui circule chez les sympathisants du Front de Gauche?

Clémentine Autain Je la trouve consternante. J’adore, en revanche, la parodie de la chanson de Philippe Katrine «Je remélenchons».

Sylvain: Clémentine Autain, votre parti ainsi que votre programme sont-ils totalement incompatibles avec le Parti Socialiste et, in fine, François Hollande?

Clémentine Autain: Nous sommes devant un os car Hollande propose de donner du sens à la rigueur, de faire de l’austérité juste ce qui revient juste à l’austérité, alors que nous voulons rompre avec ces cycles de récessions économiques et d’inégalités accrues engendrés par les politiques imposées par la troïka (FMI, BCE, UE). Depuis le mois d’août, nous proposons au Parti socialiste de débattre ensemble de nos programmes. Jusqu’ici, nous avons recueilli du mépris. Ne désespérons pas… D’ailleurs, quand nous avons franchi la barre des 6% d’intentions de vote, Hollande s’en prenait à la finance dans un meeting. À 8%, il a proposé une taxe pour les hyper-riches. Bientôt gageons que nous aurons gagné l’augmentation du SMIC et des minimas sociaux, la VIème République, la révolution fiscale avec les 14 tranches, la régularisation des travailleurs sans-papiers… En tout cas, nous ne lâcherons rien. Nous voulons faire réussir la gauche durablement.

soutien yagg