Le cinéaste Claude Miller est mort à l’âge de 70 ans. L’auteur et co-réalisateur de La Délicatesse Stéphane Foenkinos salue son œuvre: «C’est rare de voir une filmographie où il n’y a rien à jeter», affirme-t-il. Pour Stéphane Foenkinos, Claude Miller reste largement sous-estimé dans le paysage cinématographique français: «On le décrit toujours comme un “disciple” de Godard ou Truffaut. Pourquoi “disciple”?  Il a une œuvre à part entière…».  Les spectateurs/trices LGBT se souviendront peut-être de lui plus particulièrement pour deux de ses films, La meilleure façon de marcher avec Patrick Bouchitey et Patrick Dewaere et L’effrontée, avec Charlotte Gainsbourg.

Le premier, sorti en 1976, met en scène deux moniteurs d’une colonie de vacances, Marc (Patrick Dewaere) et Philippe (Patrick Bouchitey). L’un joue au mec viril et l’autre est plus sensible et discret. Un soir Marc surprend Philippe travesti en femme. Il n’a ensuite de cesse de l’humilier et de jouer de son pouvoir sur lui… jusqu’au jour où le jeu de pouvoir s’inverse. Dans son livre L’homosexualité au cinéma, Didier Roth-Bettoni analyse:

«Jamais véritablement désignée comme telle, l’homosexualité est donc bien derrière tous les plans de ce film drôle et émouvant, délicat et subtil, qui laisse malgré tout un léger sentiment de déception lié à sa fin: plusieurs années après Marc fait visiter un appartement à Philippe et à sa fiancée, tout en précisant: “Vous avez vu tous ces placards, placard à droite, immense placard à gauche…” Ce retour un peu lâche à la réalité (ou à son apparence) indique bien les limites du genre où se situe La meilleure façon de marcher, ce cinéma à la fois libéral et incomplètement émancipé (l’homosexualité s’y révèle de façon presque anachronique, par le travestissement et s’éloigne avec le passage à l’âge adulte) (…).»

La bande-annonce:

http://www.youtube.com/watch?v=hYIr5pK01Z8

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur PATRICK DEWAERE : La Meilleure façon de marcher – 1976

Presque dix ans plus tard, en 1985, sort L’effrontée, avec Charlotte Gainsbourg dans le rôle principal (elle obtiendra le César du meilleur espoir féminin pour ce film). La fille du chanteur y interprète Charlotte, une adolescente rebelle de 13 ans, qui se retrouve fascinée par une jeune fille de son âge, Clara, pianiste surdouée. D’aucuns ont pu décrire la relation qui s’installe entre les deux ados comme crypto-lesbienne. Ainsi, lors de sa leçon de cinéma au Gaumont Parnasse en janvier dernier, Céline Sciamma, réalisatrice de Naissance des pieuvres et de Tomboy a indiqué que L’effrontée avait été une influence importante dans son travail, notamment pour son premier film.

La bande-annonce:

http://www.youtube.com/watch?v=f6yihzkYAxs&feature=share

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur L »EFFRONTEE (Bande-annonce)

Stéphane Foenkinos retiendrait aussi Mortelle Randonnée: «un chef d’œuvre et l’un des plus beaux rôles d’Adjani», Le Sourire ou encore La Classe de neige. Le co-réalisateur de La Délicatesse, dans lequel joue Audrey Tautou (également à l’affiche de Thérèse D., le film que Claude Miller venait d’achever), lui reconnait aussi une particularité: «Il aimait tellement les femmes qu’il filmait les hommes comme des femmes, à l’image du Depardieu très tendre de Dites-lui que je l’aime».