Homoparentalité, Société | 29.03.2012 - 16 h 57 | 0 COMMENTAIRES
  • apgl
  • Dominique Boren
  • Eric Garnier
  • eva joly
  • francois bayrou
  • François Hollande
  • jean-luc mélenchon
  • Marie-Claude Picardat
  • nicolas sarkozy
  • Wanda Marin

«Ultra-droitières, ringardes et minoritaires», les réponses de Nicolas Sarkozy indignent l’APGL

Publié par
L'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens a finalement reçu lundi 26 mars la réponse de Nicolas Sarkozy au questionnaire qu'elle lui avait fait parvenir au même titre qu'à tous les autres candidat-e-s.

L'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) a finalement reçu lundi 26 mars la réponse de Nicolas Sarkozy au questionnaire qu'elle lui avait fait parvenir au même titre qu'à tous les autres candidat-e-s (lire aussi Réponses de quatre candidat-e-s au questionnaire de l’APGL: Mélenchon au plus près des revendications de l’association). L'APGL est donc désormais en possession de toutes les réponses des candidat-e-s qu'elle avait sollicité-e-s, à l'exception de celles de Marine Le Pen.

«MÉPRIS ET STIGMATISATION»
Dans son communiqué de presse, l'association ne cache pas son indignation face aux réponses de l'actuel président, et souligne notamment que sa lettre est adressée à Wanda Marin et Éric Garnier, qui étaient co-président-e-s de l'APGL en 2007, et non à Dominique Boren et Marie-Claude Picardat, les actuel-le-s co-président-e-s. L'APGL voit dans cette erreur de destinataires un profond désintérêt envers les homoparents et leurs difficultés: «Durant son quinquennat, le président sortant n’a jamais ouvert le dialogue sur le sujet de l’homoparentalité, malgré les multiples sollicitations de l’APGL. M. Sarkozy s’est – pendant 5 ans – enferré dans le mensonge, dans l’ignorance, dans le mépris et la stigmatisation, un état d’esprit dont ses réponses aujourd’hui sont le parfait reflet».

Difficile, également, de ne pas être sidéré-e par les quelques phrases d'introduction aux réponses de Nicolas Sarkozy, où celui-ci, dans son infinie condescendance, se permet d'expliquer à l'APGL que «les homosexuels sont des citoyens comme les autres»: «Il est important de rappeler que l'on ne peut réduire un individu à sa sexualité tout comme on ne peut réduire quelqu’un à sa taille, à son poids ou à sa couleur de peau. D’autre part, l'homosexualité n'est pas un choix. On ne choisit pas d'être homosexuel ou d’être hétérosexuel. C’est quelque chose qui s’impose et qui crée l'identité d’une personne. Cette identité mérite la tolérance et le respect».

AUCUNE PROPOSITION
Au-delà de son opposition farouche au mariage et à l'adoption, Nicolas Sarkozy fait aussi une importante confusion entre le statut de beau-parent et celui de parent social («Étant moi-même beau-père, c’est un sujet qui me touche particulièrement»), justifie les différences entre pacs et mariage notamment par des enjeux financiers («La pension de réversion (ouverte aux couples mariés uniquement) coûterait 8 milliards d’euros, nous n’en avons pas les moyens, il a donc fallu y renoncer») et ne propose aucune mesure concernant la sensibilisation aux diversités des structures familiales, que ce soit en milieu scolaire ou professionnel. Visiblement agacée par l'absence de tout progrès de la part de Nicolas Sarkozy, l'APGL qualifie la ligne du candidat UMP d'«ultra-droitière, ringarde et minoritaire».

La semaine dernière les réponses d'Eva Joly, François Bayrou, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon avaient été classées de façon synthétique en fonction de chaque thème abordé par le questionnaire. Voici le tableau de synthèse de celles de Nicolas Sarkozy:

Photo DR

Print This Post
Photo du profil de Maëlle Le Corre
Publié par
Journaliste de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.