Parfois, le sport tutoie les sommets.

Objectif 2000 points. Qu’est-ce-qu’une belle saison en sport? Tout dépend de l’objectif, des rêves, des surprises, de la chance parfois. Des dixièmes grappillés, un premier «Top Ten», des centimètres empilés à un record personnel ou un record du monde; une ligne de plus sur un palmarès, un premier podium, une année sans blessure.

Voyez l’horizon de Lindsey Vonn. Sur la ligne, 53 victoires au compteur dans une carrière, seules deux skieuses ont fait mieux qu’elle. Une suprématie sur le cirque blanc, écrasante dans les courses de vitesse, 16 globes de cristal récompensant la meilleure dans les disciplines du ski (slalom, géant, super-G, descente, combiné) à la fin de la saison et la meilleure tout court avec le gros globe. Cette saison, la skieuse américaine a remporté trois des cinq possibles, et enlevé dès la semaine dernière le quatrième gros globe de sa carrière.

Que reste-t-il du suspense pour la finale de la saison cette semaine, chez les filles, à Schladming? Un record: dépasser les 1970 points de Janica Kostelic chez les filles, et les 2000 d’Hermann Maier chez les garçons. À deux courses de la fin (200 points possibles), Lindsey Vonn a le compteur à 1948. Ce week-end-, le slalom géant demain, où elle a de petites chances de pouvoir récolter le globe, et le slalom, l’un des rares points faibles de l’Américaine.

À 27 ans, Lindsey Vonn peut également aujourd’hui prétendre à améliorer le record d’Annemarie Moser-Pröll, 62 victoires entre 1969 et 1980, une marque que beaucoup pensent inaccessible. Comme dans tous les sports mais en particulier en ski où il faut être cabochard pour filer à plus de 100 km/h, une blessure est un ennemi pire que le temps.

Un record à la fois, avant la saison prochaine qui promet déjà. Il y a des moments où l’on peut écrire que les athlètes épousent parfois l’histoire à force de se battre contre des chronos.

La dernière victoire de Lindsey Vonn, à Schladming:

‪Si vous ne pouvez pas voir la vidéo, cliquez ici Lindsey Vonn wins DH at World Cup finals in Schladming‬

Objectif Londres. C’est assez simple, ça va chauffer à Dunkerque. À partir de dimanche et pendant huit jours, la ville accueille les championnats de France de natation, qualificatifs pour les Jeux olympiques de Londres.

Pourquoi cela peut bouillir (métaphore)?

  1. Parce que la France est devenue l’une des meilleures nations du monde avec des champion-ne-s qui se tirent la bourre, parfois sur les mêmes distances, ainsi sur le 100 mètres nage libre messieurs;
  2. parce qu’il y a deux places par distance, à condition de réaliser un temps dans ce que l’on appelle les minimes;
  3. parce que les combinaisons ont été bannies.

À noter également, le retour de Laure Manaudou, bien décidée à être du voyage après un long séjour sabbatique. Elle sera de la partie à partir de lundi, en séries (finale le lendemain), sur le 100 mètres dos. Lundi qui verra également le duel entre les deux champions du monde Camille Lacourt et Jérémy Stravius (ils avaient terminé ex æquo).

Les places les plus chères seront celles du 100 mètres nage libre messieurs, avec Alain Bernard, Frédérick Bousquet, Amaury Leveaux, Jérémy Stravius, Yannick Agnel, William Meynard. Deux places à prendre en individuel. Finale jeudi. État présent de leur esprit: dense et gourmand à en croire ce qu’ils écrivent sur les réseaux sociaux.

tweet camille lacourt

Objectif grand chelem. C’est la seule équipe à pouvoir cette année remporter le grand chelem dans le Tournoi des Six Nations, ce qui serait la troisième fois depuis 2005, pas mal. Il ne reste au Pays de Galles qu’à battre la France, chez lui, au Millenium Stadium. On avait laissé les Français le cœur en bandoulière au Stade de France, battus sur le fil par les Anglais; on avait laissé les Gallois conquérants contre l’Italie. Ce tournoi, pour eux, semble l’occasion de regarder une cicatrice plus sereinement, celle de la défaite in extremis contre les Français, en demi-finale de la Coupe du monde, en octobre. Chez les filles, l’Angleterre, qui rencontre l’Irlande demain, peut prétendre à un grand chelem.

Objectif danser. Un entretien avec Martina Navratilova sur AfterEllen.com. La championne de tennis raconte ses débuts dans l’émission Dance With The Stars. Où il est beaucoup question de porter une robe et des talons, et où Martina Navratilova s’est trouvé de fort belles jambes. Elle parle aussi de ce qu’elle pourrait faire avancer dans les mentalités, à l’instar de Chaz Bono: «Certaines personnes ont vraiment des idées très arrêtées, quoi que vous fassiez. Vous pourriez être sur votre tête, ils diraient que vous vous tenez sur vos pieds. Mais je pense qu’il y a beaucoup de gens qui ne savent pas grand chose mais qui sont ouverts ou neutres». Le ciel n’a pas de limites. Bon week-end.

Photos DR