Fin février, sur Yagg, Nathalie Mestre, présidente de l’association Les Enfants d’Arc en Ciel, jugeait «décevantes» les réponses d’Eva Joly au questionnaire de l’APGL. Chargée de la lutte contre les discriminations dans l’équipe de campagne de la candidate d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), l’avocate Caroline Mécary se dit très surprise de ce «procès d’intention»: «J’ai trouvé ça profondément injuste par rapport à Eva Joly. Sa proposition est la plus avancée, c’est la plus complète quand on regarde les programmes des candidats de gauche». Reprenant les différentes remarques de Nathalie Mestre, elle a tenu à clarifier les différents désaccords.

NE PAS SE TROMPER D’ADVERSAIRE
Pour Caroline Mécary, les réponses de la candidate écologiste, loin d’être floues, sont «extrêmement complètes et détaillées» et «le fruit d’un travail collectif», celui de la commission LGBT d’Europe Ecologie Les Verts. «Nous en sommes fier-e-s et nous ne nous en cachons pas», ajoute-t-elle taclant au passage les candidats dont les réponses au questionnaire de l’APGL restent introuvables. Alors qu’EELV fait preuve de transparence, c’est pourtant le parti qui essuie des critiques. «Il ne faut pas se tromper d’adversaire, prévient-elle, la droite, elle, ne propose rien sur la question de l’égalité des droits pour les homoparents.»

PARENTÉ ET FILIATION
Comme le regrettait Nathalie Mestre, l’article 310 du Code civil ne fait pas l’objet d’une nouvelle rédaction dans les propositions d’Eva Joly, mais Caroline Mécary rappelle qu’aucun programme des partis de gauche ne prévoit de modifier l’article 310, qui dispose que «tous les enfants dont la filiation est légalement établie ont les mêmes droits et les mêmes devoirs dans leurs rapports avec leur père et mère. Ils entrent dans la famille de chacun d’eux». Caroline Mécary précise toutefois les réflexions menées sur le thème de la filiation et de la parenté au sein d’EELV: «Dans l’hypothèse d’une alternance avec la gauche, EELV travaille aujourd’hui à la rédaction d’une proposition de loi sur le mariage dans le cadre de laquelle nous ne supprimerions pas la présomption qui existe, mais nous la transformerions en une présomption de parenté, ce qui permet d’englober les couples hétérosexuels et homosexuels». Une loi qui éviterait d’avoir à adopter de l’enfant de son/sa conjoint-e. En outre, si la modification de l’article 310 n’est pas explicite, les propositions d’Eva Joly offrent plusieurs moyens d’établir la filiation, indépendamment de l’orientation sexuelle et de la biologie (adoption de l’enfant du partenaire). «Il est à mon sens inexact d’affirmer que le lien de filiation pour Eva Joly serait lié à la biologie», précise Caroline Mécary en ajoutant que la candidate écologiste est la seule à proposer un statut du co-parent.

UN DÉBAT SUR LA PLURIPARENTALITÉ ENCORE TRÈS CONFIDENTIEL
«Aujourd’hui en France, un débat sur une parenté qui dépasserait deux personnes est confidentiel.» En réponse au manque d’évocation du débat sur les bouleversements de la famille, Caroline Mécary replace cette réflexion dans un contexte plus large. «Le fait qu’il y ait des parents homosexuels interrogent la parenté en général, mais ce débat-là n’est pas émergent. Il existe au sein de la “communauté homosexuelle”, mais il n’a pas encore atteint la société dans son ensemble. D’ailleurs aucun parti ne s’est engagé sur ce terrain là.» Même si elle est extrêmement favorable à la reconnaissance de la pluriparentalité et à sa mise en place, et la perçoit comme «une richesse», elle constate que la revendication de la reconnaissance d’une pluriparentalité demeure encore marginale. «Je n’ai encore jamais eu un seul dossier avec un couple de femmes et un couple d’hommes qui m’ont demandé de partager l’autorité parentale à quatre, constate-t-elle. Pour l’instant, relayer un tel débat serait donc prématuré, mais il n’y a aucune fermeture à ce débat.»

«EELV est le premier parti en France à avoir porté la revendication d’une égalité de droits pour tous les homosexuel-le-s avec l’accès au mariage civil et à l’adoption, conclut-elle. Eva Joly attache beaucoup d’importance à ses questions. Son engagement sur l’égalité de traitement à l’égard des LGBT, sa volonté de porter des mesures qui soient très concrètes pour répondre aux problèmes très concrets que vivent les familles homoparentales ne font pas l’ombre d’un doute.»

Photo Yagg