Le magazine homo américain The Advocate a envoyé un questionnaire à tous les candidats à l’élection présidentielle du 6 novembre prochain. Les Républicains les plus en vue, peut-être trop occupés par leurs primaires, n’ont pas (encore) répondu, mais le président des États-Unis en exercice, Barack Obama, a adressé une déclaration où il fait un état des lieux des avancées en faveur des LGBT depuis son élection en 2008. L’occasion de rappeler les progrès effectués, mais aussi de faire connaître les projets de son gouvernement en cas de réélection en novembre prochain.

PAS ENCORE DE DROIT AU MARIAGE
Le bilan de Barack Obama semble a priori positif. Le président peut se féliciter d’avoir mis un terme à la politique du Don’t Ask Don’t Tell dans l’armée américaine, ainsi que d’avoir ajouté l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les lois fédérales définissant les crimes de haine. Mais c’est aussi une position claire quant à l’ouverture du droit au mariage pour les couples de même sexe qui était attendue. En effet, Barack Obama esquive la question depuis longtemps. Aujourd’hui, il affirme croire que «la Section 3 de ce qu’on appelle le Defense of Marriage Act est anticonstitutionnelle et devrait être abrogée». En effet, la Section 3 définit précisément le mot «mariage» comme étant «l’union légale entre un homme et une femme». Il rappelle avoir donné l’ordre au ministère de la Justice de ne plus défendre cette disposition devant les tribunaux et au contraire d’apporter son soutien aux individus qui saisissent la Justice pour pouvoir se marier. Un pas en avant donc, mais toujours pas d’engagement explicite.

ENGAGEMENTS
En dressant le bilan de son mandat, Barack Obama montre aussi le manque de volonté du Congrès dans les mesures engagées en faveur des LGBT: «Il reste beaucoup de travail, et nous ne pouvons attendre que le Congrès agisse». Le président des États-Unis développe ainsi les différents projets en cours et à venir de son gouvernement: un programme national de prévention contre le sida (visant également un meilleur accès aux soins), mais aussi des mesures contre le harcèlement dans les écoles. Les engagements du président démocrate touchent donc différents domaines tels que la santé, l’immigration et le logement.

Enfin, il ne manque pas de mentionner qu’aucun autre gouvernement avant le sien n’avait nommé autant de personnes LGBT à des postes importants ou comme juges fédéraux. «Mon administration poursuivra sa quête de nouvelles possibilités, conclut-il. Ensemble, nous pouvons continuer à construire la plus parfaite union dans laquelle les Américains LGBT ont les mêmes droits et devoirs que chaque Américain.»

Avec la publication de cette déclaration et en plein Super Tuesday (terme qui désigne les primaires aux États-Unis), The Advocate en a profité pour faire un état des lieux de toutes les prises de positions des candidats, démocrates et républicains confondus, concernant les LGBT.

Photo Pete Souza / White House