Suite du Arte Fashion Week-end avec ce soir, à 20h40, un inédit du Jour d’avant, la série documentaire de Loïc Prigent, consacré à Alber Elbaz pour Lanvin.

Pourquoi est-on si ému, souvent jusqu’aux larmes, lorsque l’on découvre une collection Lanvin dessinée par Alber Elbaz? Génie peu connu du grand public, mais adulé par fashionland, ce petit homme discret n’a pas la flamboyance d’un Karl Lagerfeld (même s’il est capable d’en balancer de bien bonnes), mais son talent n’en est pas moins grand.

«JE NE SAIS FAIRE QUE ÇA»
Perfectionniste jusque dans le moindre détail – on le voit modifier des tenues 40 minutes avant le défilé –, Alber Elbaz ne vit que pour la mode. «Je ne sais faire que ça», explique-t-il. Chez lui, pas de première d’atelier, il est en relation directe avec les modélistes, du jamais-vu dans le métier.

Ces 48 heures avant un défilé sont pleines de tension, de concentration extrême, de rires aussi, même si souvent flotte comme une certaine mélancolie. «Je suis triste, ça ne m’appartient plus», confie-t-il au moment où la nouvelle collection terminée devient une succession de paquets emballés et numérotés pour le show, avec pour terminus les boutiques du monde entier.

Dans les ateliers, on fête le départ de Martine, 41 années au service de la maison Lanvin. C’est sa dernière collection. Nana, sublime mannequin noir, explique, les larmes aux yeux, pourquoi Alber Elbaz est si important pour elle: c’est lui qui l’a lancée à Paris. Et à chaque fois qu’elle défile pour lui, l’émotion ressurgit, comme au premier jour.

INSTANTS D’ÉTERNITÉ
La mode d’Alber Elbaz est à l’image de ses drapés parfaits aussi légers qu’une brise: on vit un moment fort, inoubliable, mais en même temps éphémère. On sait qu’une fois le voyage achevé, il faudra quitter le rêve pour la réalité. Et c’est pour ça que l’on est si ému. Le film de Loïc Prigent restitue à merveille ces instants d’éternité qui nous font aimer la mode. Merci messieurs.

Arte Fashion Week-end se poursuit avec notamment un documentaire sur les créateurs de mode à Berlin à 22h30 et un autre sur le photographe Juergen Teller à 23h25. Dimanche, on notera la diffusion à 20h40 du film Prêt-à-porter (1994), de Robert Altman.

Voir le programme complet d’Arte Fashion Week.