Mercredi 29 février 2012, le Tribunal Correctionnel de Paris a condamné la love shop 1969, installée depuis 2008 au 69, rue Saint-Martin dans le IVe arrondissement de Paris. Il est reprochée à celle-ci d’avoir enfreint la loi sur la protection de l’enfance de 2007 pour avoir exposé en vitrine des objets à caractère pornographique alors qu’elle est située à moins de 200 mètres de l’école élémentaire et du collège Saint-Merri.

«UN PURITANISME EXCESSIF»
L’exploitant  a été condamné à verser un euro de dommages et intérêts à l’association catholique Cler Amour et Famille qui avait déposé plainte et réclamait 10 000 euros. Le Syndicat national des entreprises gaies (Sneg) «s’inquiète de cette décision et fait part de sa stupéfaction». Le Sneg explique qu’aucun objet à caractère phallique n’était présent en vitrine. Pour le Sneg, cette décision «témoigne d’un puritanisme excessif et incompréhensif, tant au regard de notre époque moderne qu’au vu de l’implantation du love shop, entre Halles et Marais.»

Dans Le Parisien du 1er mars, le curé de la paroisse Saint-Merri dont l’église se trouve dans la toute proximité de la boutique, explique : «Jamais aucun fidèle ne s’est plaint […] Il n’y a rien de choquant dans leur vitrine». L’exploitant a décidé de se pourvoir en appel et la justice devra se prononcer plus en détail sur la définition «d’objets à caractère sexuel».
Une pétition de soutien au magasin vient d’être lancée sur Facebook.