Caroline Fourest, journaliste et chroniqueuse ouvertement lesbienne, n’a pas que des ami-e-s dans le milieu LGBT, où certain-e-s lui reprochent d’être trop communautariste, ou pas assez, ou anti-islam. Mais elle est surtout devenue surtout la bête noire du FN, depuis qu’elle et Fiammetta Venner ont multiplié de nombreuses enquêtes et des livres à charge contre ce parti d’extrême droite, dont l’idéologie a si peu changé en 40 ans.

Une preuve supplémentaire de cette haine du FN pour Caroline Fourest nous est donnée à découvrir dans Bienvenue au Front, le récit d’une journaliste, Claire Checcaglini, infiltrée pendant huit mois dans le parti de Marine Le Pen.

«ON VA AVEC LA FOUREST EN FORÊT DE RAMBOUILLET ET ON LA LAISSE»
Dans l’extrait, publié en image sur le blog de Caroline Fourest, un responsable du Front National des Yvelines se laisse aller à rêver d’emmener la journaliste en forêt. Extrait: «quand est-ce qu’on se l’emmène la Fourest? On la met à poil, on l’attache à un arbre, on se la prend, on met des cagoules, on va avec la Fourest en forêt de Rambouillet et on la laisse».

Conclusion de Claire Checcaglini: «Au sourire qu’il affiche, le responsable des Yvelines semble content de ses idées de balades en pleine nature». Depuis qu’elle est à la tête du FN, Marine Le Pen explique que ce parti a changé. Tout laisse à croire cependant, et ce récit en est encore une nouvelle preuve, que cette affirmation est totalement fausse.