À la naissance de ses jumeaux (portés par sa compagne), une policière avait demandé un congé naissance puis un congé paternité. Tous deux lui ont été refusés (lire À Lyon, pas de congé naissance pour une policière lesbienne). «Ce couple a très mal vécu la chose, a expliqué Me Versini, l’avocat des deux femmes à LyonMag. C’est une famille homoparentale. On l’a mise sur le bas-côté de la République.» Deux requêtes ont donc été déposées ce matin devant le tribunal administratif de Lyon.

Logo flagEn janvier, l’association Flag!, qui rassemble les membres LGBT des forces de police et de gendarmerie, rappelait que «depuis 10 ans, les couples lesbiens dont la compagne attend un enfant, pacsés ou non et effectuant une demande de congés naissance se sont vu systématiquement attribuer les 3 jours prévus dans le Règlement général d’emploi de la Police nationale (RGEPN) pour ce type d’événements familiaux» et demandait au ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, d’intervenir. Aujourd’hui, l’association «Flag! réitère sa demande pour que le ministre prenne une décision dépassant le RGEPN et favorable à tous les couples quelle que soit leur orientation sexuelle». «Rien n’empêche le ministre de publier une directive selon laquelle tout couple au sein de la police nationale serait bénéficiaire des mêmes droits, en terme de parentalité», a déclaré Mickaël Bucheron, le président de Flag!, à l’AFP.