France
Société | 20.02.2012 - 10 h 14 | 4 COMMENTAIRES
Fusion Centre LGBT Paris IdF/Inter-LGBT: L’opposition s’organise
Publié par
«Pour un Centre LGBT autonome et dynamique». C'était le nom d'un groupe Facebook, c'est désormais celui d'un site, lancé ce week-end par les opposant-e-s à la fusion annoncée entre l'Inter-LGBT et le Centre LGBT Paris Ile de France.

«Pour un Centre LGBT autonome et dynamique». C’était le nom d’un groupe Facebook, c’est désormais celui d’un site, lancé ce week-end par les opposant-e-s à la fusion annoncée entre l’Inter-LGBT et le Centre LGBT Paris-Ile de France (lire L’Inter-LGBT et le Centre LGBT Paris-IdF préparent leur fusion). «L’existence du Centre LGBT est politique, il n’a pas à faire de politique», expliquent-elles/ils, souhaitant que le Centre redevienne «une maison pour toutes et tous», «un lieu d’accueil et de solidarité». Un «lieu de ressources (…) de savoirs et de recherches», dont la lutte contre le sida serait une priorité.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE LE  3 MARS
Pour ce faire, une équipe «constituée de femmes, d’hommes, de trans’ et d’associations connaissant le Centre, qu’ils y soient volontaires, anciens volontaires ou partenaires» se présentera au Conseil d’administration du Centre, lors de l’assemblée générale du 3 mars.

Si c’est le projet de fusion entre le Centre et l’Inter-LGBT qui a déclenché l’action, les tensions sont plus anciennes, qui se cristallisent sur l’actuelle présidente du Centre LGBT Paris-IdF, Christine Le Doaré. Bien qu’elle ait annoncé son départ, elle demeure la cible de critiques sévères – elle est notamment accusée d’autoritarisme –, auxquelles elle a en partie répondu sur son blog la semaine dernière: «Au Centre LGBT Paris-IdF, depuis que j’y suis présidente, nous avons toujours fonctionné de la même façon (par opposition au fonctionnement en vigueur avant mon arrivée): un bureau collégial qui discute et prend toutes les décisions en commun, un CA informé de tout et qui discute et vote toutes les décisions importantes pour la vie de l’association, une Globale des volontaires qui a le même niveau d’informations que les élus, écrit-elle. Par conséquent, un fonctionnement en toute transparence et démocratie. Les statuts et le règlement intérieur ont toujours été rigoureusement respectés à la lettre. Le bon sens et l’esprit collectif ont toujours prévalu».

Alors, fusion ou division? Le feuilleton ne fait que commencer…

Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (4)
  • Par Trotskaille 20 fév 2012 - 23 H 56
    Avatar de Trotskaille

    ça me paraît proposer une réelle alternative.. des propositions sont émises, les critiques se tiennent et semblent fondées. Super intéressant!

     
  • Par Liao 21 fév 2012 - 19 H 25
    Avatar de Liao

    Il est dommage que ce site soit complètement anonyme en terme de personnes physiques/morales. Il est difficile de discuter avec des gens non identifiables.
    Il ne reste donc que ce rendez vous du 28 février, qui va encore fonctionner sous un modèle d’assemblée générale… Ca va encore être le jeu de votes, des majorités qui effacent les minorités, tout cela sous-couché d’ambitions personnels et de manipulation d’opinion.
    Vraiment, le monde associatif, aussi bien d’un côté que d’un autre est fatiguant.

     
  • Par Liao 21 fév 2012 - 19 H 27
    Avatar de Liao

    Ah vi, aussi, c’est dommage que toute cette énergie qu’on utilise pour se taper dessus ne soit pas canalisée pour promouvoir nos droits.
    Ah mais on va me dire qu’il faut choisir un camp pour écraser l’autre pour enfin avoir nos droits, car les autres ne militent pas de la bonne manière…..
    J’avais oublié, c’est de la faute de l’autre.

     
  • Par helene 04 août 2013 - 12 H 26
    Avatar de helene

    Le problême de Christine Le Doaré ce ne sont pas ses opinions, mais comment elle les asséne. Elle est abolitionniste, ça la regarde et elle peut s’étendre là-dessus, sur son travail avec les catholiques du Nid (elle est désormais délégué du Nid sur Paris, un e association qui, il y a quelques années demandaient aux femmes trans qui voulaient bénéficier de leurs sérvicesde se remettre en homme). Le problème c’est qu’elle a imposé ses opinions abolitionnistes à tout le Centre. Beaucoup au centre, abolitionistes ou non, avaient une autre opinion qu’elle sur la solution à la prostitution, et il n’y a que sa voix qu’on entendait. Christine Le Doaré veut envoyer des policiers pour mettre des contraventions aux clients , d’autres pensent autrement, où a-t-on pu lire leur avis dans la gazette du Centre, qui ressemblait plus à un journal de Corée du Nord  »la voix de la chef » qu’à un exemple de démocratie communautaire? Les trans -chez qui elle est massivement présente-ont généralement une autre opinion que CLD sur la prostitution, où a-t-on entendu leur voix? A la place on avait droit à un dénigrement des personnes trans, « complices du patriarcat », etc ,etc. Quand on connait les nombres d’assassinat de trans sur cette planéte on se dit que le patriarcat est bien ingrat… A l’intérieur du Centre les trans précaires qui s’installaient pour y souffler étaient chassées sèchement (« c’est pas un squat » ). Quand à la lutte contre le Sida on se souvient de l’éviction du « café lunettes rouge », un des plus fréquenté des rendez vous de séropos de Paris , viré on ne sait plus pourquoi.
    Quand on analyse la prose de CLD on s’aperçoit assez vite que sa cible n°1 ce sont les autres lesbiennes, Cécile d’act Up, par exemple traitée de « Bouffonne à pédé » accusée de connaitre tout sur la prévention chez les gay et rien chez les femmes (Cécile n’a eu de cesse de faire prendre en compte la dimension féminine de l’épidémie).Mais quand CLD écrit sur le Sida c’est pour expliquer que distribuer des préservatifs aux prostituées c’est protéger le client! Comme si la contamination ne pouvait se faire que de la prostituée vers le client, comme si le client contaminé n’allait pas contaminer sa femme en rentrant à la maison. Toutes ces idioties pour éffacer le fait que le Nid (se battre contre le patriarcat avec l’église catholique j’ai du mal à comprendre) ne voulait pas distribuer de préservatifs aux prostituées alors qu’il percevait de juteuses subventions de l’Etat. Pendant longtemps l’église catholique avait le monopole des subventions pour l’action sur les prostituées, quand des association laiques (et féministes comme Cabiria, des féministes non moralistes) se sont créées, le Nid a publié une brochure où elles étaient assimilées au « proxénétisme. » Même logique pour Christine Le Doaré: qui ne partage pas son opinion est anti-femme, pro patriarcat, complice des proxénètes, etc etc.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.