array(28) { ["SERVER_SOFTWARE"]=> string(6) "Apache" ["REQUEST_URI"]=> string(113) "/2012/02/16/deportation-des-homosexuels-pour-un-sujet-aussi-controverse-il-sagit-detre-aussi-precis-que-possible/" ["REDIRECT_STATUS"]=> string(3) "200" ["HTTP_HOST"]=> string(8) "yagg.com" ["HTTP_X_REAL_IP"]=> string(14) "54.162.109.245" ["HTTP_X_FORWARDED_FOR"]=> string(14) "54.162.109.245" ["HTTP_CONNECTION"]=> string(5) "close" ["HTTP_USER_AGENT"]=> string(39) "CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)" ["HTTP_ACCEPT_LANGUAGE"]=> string(28) "en-us,en-gb,en;q=0.7,*;q=0.3" ["HTTP_ACCEPT"]=> string(63) "text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,*/*;q=0.8" ["PATH"]=> string(28) "/usr/local/bin:/usr/bin:/bin" ["SERVER_SIGNATURE"]=> string(0) "" ["SERVER_NAME"]=> string(8) "yagg.com" ["SERVER_ADDR"]=> string(9) "127.0.0.1" ["SERVER_PORT"]=> string(2) "80" ["REMOTE_ADDR"]=> string(14) "54.162.109.245" ["DOCUMENT_ROOT"]=> string(32) "/home/yagg/public_html/yagg.com/" ["SERVER_ADMIN"]=> string(18) "[no address given]" ["SCRIPT_FILENAME"]=> string(41) "/home/yagg/public_html/yagg.com/index.php" ["REMOTE_PORT"]=> string(5) "52623" ["REDIRECT_URL"]=> string(113) "/2012/02/16/deportation-des-homosexuels-pour-un-sujet-aussi-controverse-il-sagit-detre-aussi-precis-que-possible/" ["GATEWAY_INTERFACE"]=> string(7) "CGI/1.1" ["SERVER_PROTOCOL"]=> string(8) "HTTP/1.0" ["REQUEST_METHOD"]=> string(3) "GET" ["QUERY_STRING"]=> string(0) "" ["SCRIPT_NAME"]=> string(10) "/index.php" ["PHP_SELF"]=> string(10) "/index.php" ["REQUEST_TIME"]=> string(10) "1464245417" }
Société | 16.02.2012 - 11 h 07 | 0 COMMENTAIRES
  • Christian Vanneste
  • déportation homosexuelle
  • jean-luc schwab
  • les oublié(e)s de la mémoire

Déportation homosexuelle: «Pour un sujet aussi controversé, il s’agit d’être aussi précis que possible»

Publié par
Jean-Luc Schwab des «Oublié-e-s» de la mémoire revient sur les propos de Christian Vanneste et apporte des précisions sur les chiffres et les recherches historiques.

Jean-Luc Schwab est secrétaire général des «Oublié-e-s» de la mémoire, une association LGBT mémorielle qui œuvre pour la connaissance et la reconnaissance de la déportation pour motif d'homosexualité. Il est également le co-auteur avec Rudolf Brazda d'Itinéraire d'un triangle rose (Florent Massot).

Pour Yagg, il revient sur les propos de Christian Vanneste niant la déportation des homosexuels en France durant la Seconde guerre mondiale et apporte des précisions sur les chiffres et les recherches historiques.

À noter que dans le cadre de son congrès national qui se tiendra ce week-end à Nancy, l'association proposera «une conférence sur l'état le plus récent des connaissances en matière de déportation des homosexuels français, indique-t-elle dans un communiqué, avec une mise à jour des données remontant à 2007 et l'occasion, à l'aide d'exemples concrets, d'approfondir les particularismes français sur le sujet».

Quand Christian Vanneste dit qu'«en dehors des trois départements annexés, il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France», a-t-il raison ou tort? Les historiens et chercheurs ne semblent pas tous d'accord sur cette question. Par exemple, la Fondation pour la mémoire de la déportation fait état de 63 cas, dont 6 en dehors des territoires annexés (Moselle, Bas Rhin, Haut Rhin) alors que Serge Klarsfeld a déclaré :«Les personnes homosexuelles qui ont pu être arrêtées en France ne l’ont pas été en raison de leur homosexualité. Il y a certainement eu des homosexuels déportés, mais pour d’autres raisons». Quels sont les faits précis et documentés? Si l'on considère comme déportés les seules personnes passées par les camps de concentration, on ne dénombre qu'une douzaine d'Alsaciens et Mosellans, ainsi que six personnes arrêtées à Paris, Nice, Cannes et Marseille (mais déportées comme politiques et non comme homosexuels), soit moins d'une vingtaine de personnes en tout.

Le chiffre de 63 inclut également des personnes détenues en Allemagne ou en Alsace-Moselle annexée et à qui la loi de 1948 accorde en théorie la qualité de déporté. Il s'agit de personnes envoyées en rapport à leur homosexualité au camp de Schirmeck (le cas de Pierre Seel notamment) ou encore des personnes du STO [Service du travail obligatoire] arrêtées, condamnées et emprisonnées (mais pas en camp de concentration) en Allemagne pour infraction au paragraphe 175.

Peut-on alors parler de négationnisme à l'encontre de Christian Vanneste? Je ne le pense pas. En revanche, je sus choqué par le fait qu'il admette que des milliers d'Allemands ont été déportés pour ce motif et qu'il parle malgré tout de «légende»! En outre, il évoque quelque 30000 déportés en tout en Allemagne, un chiffre exagéré (pas mal pour quelqu'un qui nous reproche de gonfler ou de déformer les chiffres!) alors qu'on parle de 5 à 10 ou 15000 dans les estimations réalistes (et on s'oriente vraiment vers la valeur basse).

Ce flou sur les chiffres fait dire à certains que par conséquent, on instruit un mauvais procès à l'encontre de Christian Vanneste et que son exclusion programmée de l'UMP se fait pour de mauvaises raisons. Qu'en pensez-vous? Christian Vanneste est connu pour ses déclarations provocantes pour ce qui touche à l'homosexualité et je n'ai pas à me prononcer sur une décision interne à l'UMP. J'imagine cependant que ses incartades renouvelées ont pu en agacer certains à l'intérieur du parti présidentiel, ou simplement leur donner un prétexte de se défaire d'un élément jugé encombrant.

Quant au chiffre de 63, il remonte à 2007 et a été légèrement affiné depuis. Pour un sujet aussi controversé, il s'agit d'être aussi précis que possible. C'est une question de crédibilité. Je constate que beaucoup de militants n'ont pas une connaissance précise du sujet et qu'il se raconte souvent tout et n'importe quoi, ce qui ne permet pas non plus une bonne lecture dans les médias généralistes. Ce besoin de clarification est aussi l'une des motivations à mon implication dans Les «Oublié-e-s» de la mémoire. Par le dialogue raisonné et dépassionné, mais aussi la recherche patiente, nous avons pu faire avancer les choses en France pour ce qui concerne la reconnaissance de la déportation homosexuelle et commençons à tisser des liens ailleurs en Europe, notamment en Allemagne. Nous pouvons nous targuer d'une connaissance fondée en la matière et c'est aussi pour ça que je peux répondre en connaissance de cause aux questions de Yagg.

Photo Yagg

Print This Post
Profile photo of Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.