Malgré les pressions internationales et l’assurance des autorités ougandaises, le texte de loi instaurant notamment la peine de mort pour les homosexuel-le-s a été présenté à nouveau le mardi 7 février au Parlement de Kampala (voir illustration ci-contre).

Selon nos informations, le député à l’origine en 2009 de ce texte violemment homophobe, David Bahati (photo ci-dessus), a été très applaudi par les parlementaires, toutes tendances confondues.

Contactée par le site Behind The Mask, la porte-parole du gouvernement avait déclaré lundi 6 février que le gouvernement «n’était pas intéressé» par ce texte et qu’il avait pris position l’année dernière en le rejetant. Mais de son côté, le site UGPulse.com indiquait lundi que le parlement allait rediscuter du texte controversé.

Une dizaine de militants gays ont pu assister à la séance hier et selon eux, les réactions des parlementaires ont été très positives. Le texte devrait être envoyé en commission après sa première lecture. Il prévoit notamment d’aggraver les peines de prison pour les homosexuels,passible de la prison à perpétuité, il créé un délit aggravé d’homosexualité passible de la peine de mort par pendaison et propose même de condamner ceux qui ne dénonceraient pas les homosexuel-le-s.

Photo DR