Connu pour ses actions militantes drôles et pleines d’audace, le collectif des Dur-e-s à Queer remet le couvert samedi 4 février pour un sleep-in en plein cœur de Nantes. Protester en dormant, l’idée a de quoi étonner: «C’est justement parce qu’on est en train de se faire endormir, explique Xavier, membre du collectif. On nous dit que tout est plus ou moins réglé, d’accord il reste un peu d’homophobie, mais on nous rassure. Et puis il y a cette rhétorique permanente des politiques qui nous disent «On n’est pas homophobes, mais…» tout en nous disant que nous sommes inférieurs à eux. Aujourd’hui on a affaire à une droite décomplexée, qui joue sur les malentendus et nous dit avec aplomb que nous valons moins qu’eux, mais que non, ce n’est pas de l’homophobie. Face à ça, c’est une nécessité: il faut se réveiller.»

«DROITE RÉACTIONNAIRE»
Comme à leur habitude, les Dur-e-s à Queer vont miser sur leur sens de la théâtralité et de la mise en scène pour toucher les passants. Du côté des médias, le collectif attend aussi que la presse régionale couvre l’événement: «Au niveau local, on est quand même dans une région où la droite réactionnaire est encore bien présente, rappelle Xavier. Il n’y a pas si longtemps le Centre LGBT de Nantes était de nouveau attaqué et recouvert d’autocollants du Mouvement de la jeunesse catholique de France. Alors, plus que jamais, il est important d’affirmer nos positions et de montrer qu’il y a une résistance.»

Le sleep-in aura lieu place du Pilori (quartier Bouffay), à Nantes, à partir de 16h. Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas couettes, bouillottes, pyjamas et bonnets (de nuit).