Un partenariat entre la chaîne de grands magasins J.C. Penney et Ellen DeGeneres reste en travers de la gorge de l’association One Million Moms (un million de mamans). Ce qui bloque, c’est l’homosexualité de l’animatrice la plus populaire des États-Unis. Rien d’étonnant puisque One Million Moms est une émanation de l’ultra-conservatrice American Family Association.

«Il est étrange que J.C. Penney pense qu’embaucher une porte-parole ouvertement homosexuelle va l’aider à faire des affaires alors que la plupart de ses clients sont des familles traditionnelles», peut-on lire sur One Million Moms.com. À l’évidence, Michael Francis, le président de J.C. Penney, n’est pas d’accord, qui ne tarit pas d’éloges sur Ellen DeGeneres: elle est sympa, chaleureuse, pleine de bon sens… «Les millions de personnes qui regardent son émission et la suivent sur les réseaux sociaux se sentent proches d’elle et ont confiance en ce qu’elle a à dire, a-t-il affirmé lors de l’annonce du partenariat. Surtout, nous partageons les mêmes valeurs fondamentales qu’Ellen.»

La chaîne de grands magasins cherche actuellement à faire évoluer son image, d’où ce rapprochement avec Ellen DeGeneres. Être attaquée par des groupes conservateurs est peut-être justement ce qui pouvait lui arriver de mieux. La Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (Glaad) monte au créneau pour soutenir Ellen DeGeneres et «remercier JC. Penney d’avoir fait le bon choix». Le Gaad rappelle qu’être homo est un motif de licenciement dans 29 États américains et être trans’ dans 34 États.

Ci-dessous, la vidéo de l’annonce du partenariat par Ellen DeGeneres, dans laquelle elle raconte que l’un de ses premiers boulots était dans un magasin J.C. Penney à Metairie, en Louisiane:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Ellen Partners with JCPenney!‬