Nous vous l’annoncions samedi 28 janvier. Christian Vanneste, pour qui «l’homosexualité constitue une menace pour l’humanité» a été investi par l’UMP pour les législatives de 2012. Dans un communiqué, GayLib, mouvement LGBT associé à l’UMP, «manifeste son indignation, et son incompréhension» face à cette décision.

«UNE FAUTE MORALE ET POLITIQUE»
Selon Emmnanuel Blanc, le président de GayLib, qui signe le communiqué de presse, «la commission nationale d’investiture de l’UMP vient de commettre une double faute: Elle a commis une faute morale en investissant un candidat qui ne respecte pas ses valeurs. Elle a commis une faute politique en croyant qu’un tel candidat pourrait lui apporter la victoire».

Mais GayLib ne perd pas espoir: «Parce que l’égalité des droits est au cœur de notre engagement politique, GayLib forme le souhait que l’engagement du futur candidat à l’élection présidentielle vienne laver l’affront personnel fait aujourd’hui à tous les gays et les lesbiennes de France».

Cette investiture est un nouveau coup dur pour GayLib, qui doit aussi assumer le piètre bilan du président sortant en matière de droits: ni le statut du beau-parent, ni l’union civile, engagements de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2007 n’ont été mis en place pendant le quinquennat.

Photo Yagg