C’était hier, lundi 30 janvier, dans Britain’s gay footballers, un documentaire diffusé par la chaîne britannique BBC3. Amal Fashanu, nièce de Justin Fashanu, le premier footballeur professionnel à avoir fait son coming-out, en 1991, a voulu comprendre pourquoi personne n’a suivi l’exemple de son oncle.

«LE FOOTBALL N’A PAS QUITTÉ LE MOYEN-ÂGE»
«Quand je me suis lancée, explique Amal Fashanu, j’avais une idée très précise de ce que j’allais trouver. Je me voyais découvrir les préjugés auxquels Justin a été confronté de la part de ses collègues, et m’attendais à découvrir une mentalité plus progressiste et ouverte dans le football aujourd’hui. Sur ce dernier point, j’ai été déçue. En rencontrant toutes sortes de personnes, j’ai appris que le football n’avait pas réussi à suivre le rythme de la société. Le football a changé depuis la mort de Justin [il s’est suicidé en 1998, ndlr], mais honnêtement, pas suffisamment. Les footballeurs homos restent tabou, et un footballeur hétéro qui serait vu soutenant l’idée de joueurs ouvertement homos est tabou aussi.»

Amal Fashanu a néanmoins pu parler à Max Clifford, l’un des agents/attachés de presse les plus en vue du pays. Selon lui, au moins une demi-douzaine de footballeurs en activité ces 15 dernières années, sont gays ou bisexuels, et aucun joueur ne fera son coming-out. Il sait de quoi il parle, il a aidé plusieurs joueurs à rester dans le placard pour ne pas mettre leur carrière en péril. «La mentalité des personnages dans et autour du football n’a pas quitté le Moyen-Âge», remarque-t-il. Et ce n’est pas son agent qui aidera un joueur à faire son coming-out, puisque tout ce qui compte pour les agents, c’est l’argent…

Pour voir la vidéo, cliquer sur l’image ci-dessous:

Max Clifford

Autre ambiance avec Anton Hysén, qui a fait son coming-out en mai 2011. Ses coéquipiers le soutiennent, sa famille aussi, il n’a pas perdu d’amis et (presque tous) les fans locaux le respectent. On est en Suède…

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Anton Hysen in Britain’s Gay Footballers‬

UN COMING-OUT D’ICI 10 ANS?
Mais tout n’est peut-être pas perdu dans le foot anglais. L’un des témoignages les plus attendus était celui de Joey Barton, plus connu pour son jeu violent et sa grande gueule que pour son ouverture d’esprit. «C’est un sujet qui me tient à cœur parce que le plus jeune frère de mon père, mon plus jeune oncle, est gay, raconte-il. Et je ne l’ai pas su pendant très très longtemps. Il pensait qu’à cause de la société dans laquelle nous avons été élevés (…), nous le regarderions de travers ou le rejetterions. (…) Je lui ai dit “Je t’aime pour qui tu es, pas parce que tu es homo ou bi ou quoi que ce soit d’autre. Je t’aime parce que tu es toi”.»

Pour Joey Barton, si les footballeurs donnaient un meilleur exemple, le Royaume-Uni pourrait se débarrasser de l’homophobie dans le football. «Il ne fait aucun doute pour moi qu’il y aura un coming-out de footballeur dans les 10 prochaines années, assure-t-il. Ma seule crainte, c’est que certains managers et individus du milieu fassent preuve de discrimination. Ces figures archaïques pensent que si elles avaient un joueur homo, il se passerait toutes sortes de choses dans les vestiaires. Ce n’est pas le cas. Honte sur eux et leur manque d’intelligence et de connaissance de la société. Ils me font un peu pitié (…). Et je pense qu’il est important que ce que cette génération de joeurs laissera comme souvenir soit une génération qui n’a pas seulement aidé à améliorer le jeu et les équipes dans lesquelles ils auront évolué mais aussi la culture et la société des clubs de foot.»

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo:

joey_barton

Le documentaire, diffusé en prime time hier soir, a réuni 712000 téléspectateurs/trices, soit 2,8% des parts de marché. Une augmentation de 50% de l’audience habituelle de la chaîne.

Via So Foot.