Selon Simon Doonan, auteur du livre Gay Men Don’t Get Fat (Les gays ne grossissent pas), qui s’en donne à cœur joie avec les clichés, si les gays sont plus minces que les hétéros, c’est parce qu’ils mangent des aliments gays (chips au four vs. chips frites, par exemple) et qu’ils ont plus de temps pour aller faire du sport.

Si les explications de Doonan sont farfelues, elles sont confirmées par le nutritionniste montréalais Bernard Lavallée, qui tient le blog Gay Nutrition: «Les recherches sur la question sont peu nombreuses et les échantillons étudiés, petits, mais on remarque que les hommes homosexuels ont tendance à avoir un indice de masse corporelle (IMC) moins élevé que les hétéros», explique-t-il.

«Les hommes homosexuels accordent davantage d’importance à leur apparence corporelle, remarque-t-il. Ils en sont plus préoccupés et, en même temps, moins satisfaits de leur corps. La quête du corps parfait, mince et musclé, serait plus accentuée chez eux.» Sur La Presse.ca.

Illustration La Presse