Le président américain Barack Obama a eu jusqu’ici une position assez ambiguë au regard de l’égalité des droits. D’un côté, il est celui qui a abrogé la loi Don’t Ask, Don’t Tell. Il a également demandé à l’administration fédérale de ne pas utiliser la loi fédérale sur le mariage (DOMA) pour empêcher des couples homos de se marier. Il a adressé ses félicitations à un couple gay qui venait de se marier. Il est le premier chef d’État à avoir évoqué les droits des homosexuels à l’ONU. Mais d’un autre côté, il est aussi celui qui se dit favorable aux unions civiles, qui placent les couples homos dans une situation juridiquement différente de celle des couples mariés. Et quand on l’interroge sur la question du mariage, il botte en touche, indiquant y «réfléchir».

UN APPEL SIGNÉ PAR DES MAIRES DÉMOCRATES ET RÉPUBLICAINS
C’est peut-être pour accélérer son processus de réflexion que soixante-dix maires de grandes villes américaines ont publié la déclaration suivante: «Nous espérons voir grandir le soutien public et politique en faveur de la fin de l’interdiction de se marier pour les couples de même sexe». Un appel signé par des maires démocrates, notamment Rahm Emmanuel, de Chicago et Antonio Villaraigosa, de Los Angeles, comme par des républicains, dont Michael Bloomberg et Jerry Sanders de San Diego.

Le président américain prendra-t-il pour autant une décision avant la fin de son mandat qui s’achève cette année? Rien n’est moins sûr. Il a beau critiquer les candidats républicains pour leurs positions sur les sujets LGBT, Barack Obama compte notamment sur son électorat noir pour être réélu. Or, les Africains-Américains se montrent beaucoup plus conservateurs que le reste de la population. Obama ne voudra probablement pas se les mettre à dos à quelques mois d’une échéance électorale aussi cruciale. En attendant, les LGBT devront se contenter des avancées qu’ils ont déjà obtenues.

Via PinkNews

Photo YouTube

soutien yagg