Portia_Simpson MillerElle fut la première femme à la tête du pays en 2006, Portia Simpson-Miller (photo) est depuis aujourd’hui la première chef de gouvernement gay-friendly de la Jamaïque. Le Parti national du peuple jamaïcain (PNP, gauche), qu’elle dirige, a en effet remporté les élections législatives du 29 décembre 2011, contre le Parti travailliste (JLP, centre droit) du Premier ministre sortant, Andrew Holness.

LOI ANTI-SODOMIE
Pendant la campagne, Portia Simpson-Miller s’était notamment distinguée lors d’un débat télévisé en affirmant qu’elle n’aurait aucun problème à inclure des personnes LGBT dans son gouvernement du moment qu’elles/ils étaient compétent-e-s. «Personne ne devrait être victime de discrimination en raison de son orientation sexuelle», a-t-elle déclaré. Elle a également estimé que la loi anti-sodomie (les relations sexuelles entre hommes sont punies de peines allant jusqu’à 10 ans de prison) devrait être revue:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Simpson Miller: Gays can serve in my cabinet (Jamaica Election Debates 2011- Leadership Debate)‬

Revue, et non abrogée, s’est empressé de préciser le PNP, dans un communiqué publié sur son site (le titre est en majuscules, impossible de le manquer), accusant le JLP de répandre une fausse rumeur.

«Lors de la révision, chaque membre du Parlement sera appelé-e à peser sur les débats, en reflétant l’avis et l’opinion de ses électeurs/trices, a répété le Dr. Peter Philipps, directeur de campagne du PNP lors d’une conférence de presse. À la fin de la révision, si un vote a lieu, il n’y aura pas de consignes de vote, ce qui signifie que chaque membre du Parlement votera selon les vœux de ses électeurs/trices.»

HOMOPHOBIE
Si l’accession au pouvoir de Portia Simpson-Miller apparaît comme une bouffée d’air frais dans un pays connu pour l’homophobie d’une grande partie de sa population, homophobie reflétée notamment dans la musique dancehall et qui se traduit par de nombreuses agressions et meurtres. Selon une étude publiée en janvier 2011, plus de 80% des Jamaïcain-e-s jugent l’homosexualité masculine immorale – 75% pour l’homosexualité féminine – et estiment qu’elle ne doit pas être légalisée.

L’été dernier, l’association Jamaica Forum for Lesbians All-Sexuals and Gays (J-Flag) avait lancé une vidéo contre l’homophobie, avec Christine Straw, ancienne Miss Jamaïque, et Matthew, son frère homo:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Unconditional Love for LGBT Jamaicans‬

Selon le site Go-Jamaica, J-Flag aurait demandé à ce que la question des droits humains (et donc la révision de la loi anti-sodomie) soit une priorité du nouveau gouvernement.

Photo JamaicanMD

Via 360°.