Corinne Bouchoux, sénatrice Europe Écologie Les Verts,  est aujourd’hui la première parlementaire française ouvertement lesbienne. Au niveau local, son homosexualité avait été évoquée par le Courrier de l’Ouest au moment de son élection le 25 septembre; elle l’est aujourd’hui à l’échelle nationale dans un article du Parisien.  On y apprend que cette enseignante vit avec sa compagne depuis 2001 et qu’elle milite depuis la même époque dans une association gay et lesbienne angevine, Quazar. »C’est une militante attentive, très spécialisée dans son domaine, l’Éducation nationale, qui a une grande capacité d’écoute qu’elle sait traduire ensuite par des avancées », indique Stéphane Corbin, le président de l’association que nous avons joint par téléphone.

Sur le plan local, le fait d’être lesbienne ne semble pas poser de problème. « L’annonce de son homosexualité dans la presse locale, dans une région qui peut être conservatrice, est passée comme une lettre à la poste », se souvient Stéphane Corbin. Même si elle siège désormais au Palais du Luxembourg, qu’elle qualifie avec humour de « hétéroland », la sénatrice conserve des liens avec le milieu associatif local. « Elle nous a dit qu’elle ne prendrait pas en charge spécifiquement les questions LGBT, explique le président de Quazar, mais que si nous avions besoin de quoi que ce soit, nous pouvions lui faire signe ».

Corinne Bouchoux, qui a publié un livre d’entretiens avec la résistante Lucie Aubrac, s’occupe des questions liées à l’immigration au sein de la campagne d’Eva Joly.