«Nous tenons à rappeler que chacune de nos confessions religieuses entend respecter la dignité de chaque personne humaine sans exclusion aucune. Dans nos traditions religieuses respectives nous affirmons notre attachement fondamental à l’amour, à la vie et à sa transmission pour le devenir de l’Humanité.»

C’est par une lettre commune que Gilbert Aubry, évêque de La Réunion, Houssen Amode, président du Conseil régional du culte musulman de La Réunion et Daniel Minienpoulle, président de la Fédération des associations et groupements religieux hindous et culturels tamouls de La Réunion, ont répondu au courrier envoyé fin novembre par LGBT RéunionSOS homophobie et Le Refuge (lire Les élu-e-s réunionnais-e-s appelé-e-s à condamner l’homophobie).

«ATTACHEMENT FONDAMENTAL»
Les représentants des 3 religions sollicitées se sont donc unis pour souligner le droit à la dignité de chacun-e (personnes LGBT comprises), tout en glissant dans la phrase suivante une condamnation implicite des relations sexuelles entre personnes de même sexe, en mettant l’accent sur leur «attachement fondamental» à la «transmission [de la vie] pour le devenir de l’Humanité».

Les associations avaient également adressé cette missive, dans laquelle elles réclamaient une simple condamnation publique de l’homophobie, aux responsables politiques locaux/locales. À ce jour, une seule réponse leur est parvenue. Elle émane de Jacqueline Farreyrol, sénatrice UMP de La Réunion et adjointe au maire du Tampon. «Vous avez pu, je le crois, constater ma prise de position, en juin dernier à l’Assemblée nationale, en faveur de la proposition de loi déposée par M. Patrick Bloche proposant d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe, écrit l’élue. Aussi, fidèle à mes convictions, je tiens à vous assurer que je me prononce bien évidemment contre l’homophobie.»