De la gniaque des handballeuses françaises aux objectifs olympiques de Kim Clijsters et à la lutte contre les discriminations, you go girls!

Inspirées. Merveilleuses handballeuses françaises. Elles sont, ce soir, une nouvelle fois en demi-finale des championnats du monde, contre le Danemark. Incroyables athlètes qui racontent années après années une histoire du sport splendide, faite de victoires, de défaites, d’exploits, de la finale perdue contre la Norvège en 1999 au titre de 2006 arraché à la Hongrie. Un parcours qui façonne la motivation, à l’image des déroutes répétées contre la Russie, en quart de finale des Jeux olympiques de Pékin en 2008 ou en finale des Mondiaux 2009. La Russie, triple tenante du titre, justement, battue, mercredi en quart de finale par Allison Pineau, Raphaëlle Tervel, Alexandra Lacrabère et toutes les autres.

La vie de cette équipe, entraînée par Olivier Krumbholz, est une épopée. C’est un cliché absolu mais bien réel. Un truc qu’il faut montrer dans les écoles, dans les centres de formation, dans les pôles de haut-niveau. Le handball français se forge une culture de la gagne avec les filles et les garçons, eux aussi champions du monde mais également champions olympiques. Un sport mixte, ouvert, c’est tellement rare qu’il faut encore le signaler. On rêve de tout cela, partout ailleurs.

Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule: la Fédération internationale de handball a décidé d’accorder l’organisation du Mondial 2017 masculin à la France. Une organisation qui va permettre de rénover les salles, notamment mais aussi d’en créer de nouvelles. La France n’avait pas organisé la compétition masculine depuis 2001 et la victoire des Bleus. Les filles, c’était en 2007.
Sur Sport+, à 20h15.

[mise à jour, 17 décembre, 11h05] En finale, les Bleues affronteront la Norvège (quadruple championne d’Europe), comme en 1999.
Sur Sport+ et France 3, dimanche à 20h15.

Facétieuse. Elle est attendue en star à Courchevel ce week-end. Lindsey Vonn caracole en tête du classement de la Coupe du monde. Plus descendeuse que technicienne, la skieuse américaine a néanmoins gagné le premier géant de sa carrière à l’orée de la saison, en octobre, et verra dimanche si elle peut continuer à briller dans des parcours plus tournants. Slalom demain.

Lindsey Vonn, qui vient d’annoncer son divorce de son entraîneur et mari, a formellement démenti sur tweeter qu’elle sortait avec Tim Tebow. Tim qui? Un joueur de football américain des Broncos de Denver.

Meuh non cette chronique n’évoque pas Lindsey Vonn toutes les semaines et ne poste pas systématiquement une vidéo un peu déjantée. Aujourd’hui, Lindsey joue au tennis avec Yoggl, la mascotte des Jeux olympiques de la jeunesse qui se tiendront à Innsbrück du 13 au 22 janvier et rassembleront un milier de jeunes athlètes de 15 à 18 ans. Lindsey Vonn est ambassadrice de l’événement et se prête au jeu avec bonne volonté car elle croit beaucoup aux «role models». Elle en a une elle-même: Picabo Street, une autre grande championne américaine de ski alpin des années 1990, championne olympique de super-G à Nagano en 1998. On aime cette fille. Les deux.

http://youtu.be/xDXtkqxmjkg

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Lindsey Vonn switches to… tennis!

http://youtu.be/ihQcEuw_RFo

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Lindsey Vonn talks about her hero, Picabo Street. Who’s Your Hero?

Eurosport, slalom première manche à 9h15 et deuxième manche à 13h30. Dimanche, géant, première manche à 9h30, deuxième manche à 12h30.

Militante. Présidente du Comité permanent de lutte contre les discriminations, Laura Flessel explique que cette entité n’est pas une coquille vide. Dans un témoignage livré à la Licra, elle explique qu’il faut se réapproprier des valeurs, réfléchir à la formation des éducateurs/trices, afin, par exemple, de ne plus banaliser les propos discriminants. On comprend mieux la femme de convictions que la championne olympique d’épée est devenue. Laura Flessel prépare aussi les Jeux olympiques de Londres, en 2012, qui devraient constituer son baisser de rideau à la compétition.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Laura Flessel face aux discriminations partie 1

‪Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Laura Flessel face aux discriminations partie 2‬

Indignée. Sur le site du Nouvel Observateur, Annie Sugier, présidente de la Ligue du droit international des femmes (LDIF), réagit à l’annonce du Comité national olympique saoudien, le 22 novembre: le pays n’enverra pas de femmes aux Jeux olympiques de Londres 2012. Depuis des années, ce combat pour l’égalité aux Jeux est porté notamment par le comité Atlanta-Sydney-Athènes-Pékin+ de la LDIF. Depuis 20 ans, celui-ci demande l’exclusion de l’Arabie Saoudite des Jeux. «Il est temps que le mouvement olympique, tout comme les instances internationales, se souviennent que la Charte olympique est une loi unique qui s’applique à toutes et tous, écrit Annie Sugier. Tout comme devraient l’être les principes universels des Nations Unies.»

Hope Solo ne peut pas faire tout le football. Le foot féminin ne va pas si bien que cela aux États-Unis, du moins dans son aspect professionnel, explique le site autostraddle. La première division qui comptait huit clubs n’en dénombrera que cinq en 2012. Les pros espèrent des Jeux olympiques de Londres pour relancer la machine et retrouver une certaine notoriété (et donc des sponsors). Cela a été le cas après la Coupe du monde 2011 (les États-Unis ont perdu en finale contre le Japon). Mais l’effet a été de courte durée même si Hope Solo a fait le show dans l’émission Dancing With The Stars.

Kim, le retour. Blessée, elle s’était éclipsée pendant l’été. Kim Clijsters, 28 ans, reviendra en 2012 en écoutant mieux son corps, a-t-elle expliqué sur son site internet. La joueuse belge va défendre son titre à l’Australian Open mais allègera son programme. Comme de nombreux collègues, cette année, elle rêve des Jeux olympiques où elle souhaite s’aligner en simple et en double. Et pourquoi pas la Fed Cup, «un beau défi», explique Kim. La joueuse avait pris sa retraite en 2007 avant de revenir de congé maternité en 2009, de remporter deux fois l’US Open.

Avant de s’envoler pour l’Australie, elle a sacrifié à un match d’exhibition avec sa sœur Elke, la semaine dernière, contre Caroline Wozniacki et Yanina Wickmayer. L’occasion de faire une (mauvaise?) blague: elle promis une voiture à celui qui embrasserait le premier Yanina Wickmayer, ce qui a valu à l’intéressée une petite frayeur.

‪Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Kim Clijsters défi le public qui doit embrasser Wickmayer sur le court‬

Histoire d’amour. Des nouvelles de Justine Henin, qui a tiré sa révérence cette année après être sortie de sa retraite. La championne vient de refuser une invitation pour l’émission Les Orages de la vie, sur RTL-TVi. Lapin poli accepté avec tact par l’animateur de l’émission, Stéphane Pauwels. Justine ne veut pas, pour l’heure, revenir sur les aléas de sa vie. Où l’on apprend que la joueuse, divorcée, vit une nouvelle histoire d’amour. Bon week-end.

Illustration J. Howard Miller