Comme l’a rappelé Hillary Clinton dans son discours à Genève, le 10 décembre est la Journée mondiale des droits de l’Homme (dont on ne désespère pas qu’un jour elle devienne Journée mondiale des droits humains en français aussi). De nombreux événements sont organisés autour de cette journée, dont une rencontre, jeudi 8 décembre, au siège des Nations Unies à New York, entre officiels et associations LGBT du monde entier.

«Des enfants dont certains sont âgés de 11 ans font l’objet d’abus verbaux, de railleries et de violence physique à cause de leur orientation ou de leur identité sexuelle perçue. Ce genre d’intimidations n’est pas limité à quelques pays mais se produit dans des écoles et des communautés partout dans le monde, a insisté le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans un message lu par le Sous-secrétaire général de l’ONU aux droits de l’homme, Ivan Simonovic. (…) Nous avons tous un rôle à jouer, que ce soit les parents, les membres des familles, les enseignants, les voisins, les personnalités religieuses ou les fonctionnaires. Mais aussi les États, pour qui cela est une obligation légale. Selon les droits humains, tous les États doivent prendre des dispositions pour protéger toutes les personnes de la violence et de la discrimination, y compris pour des motifs d’orientation et d’identité sexuelle.»

«L’évolution au plus haut niveau de l’ONU est visible, a déclaré Jessica Stern, directrice de l’International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC), citée par The Advocate. La tendance est positive, et la question que nous nous posons est “comment maintenir cela et éviter un retour de bâton?”».

Parmi les activistes présent-e-s, le nigérian Ifeanyi Kelly Orazulike, qui a rappelé la situation dans son pays, où une loi est en passe d’être adoptée qui punirait de peines allant jusqu’à 14 ans d’emprisonnement les couples de même sexe mariés.

De son côté, dans un communiqué publié ce jour, la branche européenne de l’International Gay and Lesbian Association (Ilga-Europe) rend hommage à Thomas Hammarberg, Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe et appelle les États membres à suivre ses recommandations pour mettre fin à toutes les formes de discriminations à l’encontre des personnes LGBTI en Europe et dans le monde.