La première saison de la websérie lesbienne Unicorn Plan-It vient de s’achever. Il aura fallu tout ce temps à Yagg pour interviewer l’une de ses créatrices, Haviland Stillwell (au centre de la photo, entourée de Sarah Croce, à gauche, et Ashley Reed, à droite), mais l’attente valait la peine!

Comment est née Unicorn Plan-It? J’aime créer, travailler en équipe, suivre une idée du début à la fin. J’avais envie de faire une websérie, et j’en ai parlé un jour autour d’une table à The Abbey [bar/restaurant homo de Los Angeles, ndlr], et Ashley Reed et Sarah Croce étaient là. Je savais aussi que, depuis le début d’Autostraddle, Riese [la fondatrice du site] avait envie d’une websérie, donc elle était ravie que nous voulions que la série y soit publiée. Ashley, Sarah et moi nous sommes creusé les méninges et l’idée d’une comédie centrée sur des personnages.

Pourquoi avoir choisi le format websérie, justement? Tout simplement parce que c’est le plus accessible. En fait, je crois que Unicorn Plan-It fonctionnerait bien en sitcom, avec des épisodes d’une demi-heure, et que nous pouvons vraiment approfondir les histoires et les personnages, mais nos moyens étaient limités pour la première saison, et nous avons toutes pensé qu’il valait mieux se lancer et produire la série, d’abord en webisodes courts, avant de nous attaquer activement aux chaînes de télévision.

Pourquoi «Unicorn» (licorne)? Sur Yagg, les licornes désignent les bi, parce que de nombreuses personnes pensent que les bisexuel-le-s, comme les licornes, n’existent pas. Nous avons choisi les licornes parce que nous les adorons! Elles font un peu office de mascotte homo. Et pour ce qui est de la bisexualité, ça existe totalement, et ceux qui n’y croient pas vivent une vie très limitée, et ne permettent pas à leur cerveau de s’épanouir! Harmony [son personnage dans Unicorn Plan-It, ndlr] leur conseillerait de se libérer de leur façon de penser vieillotte. Galopez, Licornes.

Comment travaillez-vous? Qui écrit quoi? Nous avons toutes les 3 écrit les 6 épisodes de la première saison. Il nous a fallu près d’un mois et de nombreuses séances d’écriture, et on a trimé, comme dirait J. Certaines parties sont plus marquées par l’une de nous, des blagues qui reflètent clairement l’humour d’une personnes ou des opinions exprimées par certains personnages qui sortent visiblement de l’un de nos 3 cerveaux.

La première saison vient de s’achever, y en aura-t-il une deuxième? Le temps le dira 😉 Nous aimerions, cela dépendra du financement et de nos emplois du temps. En clair, cela dépendra de la force du désir des fans!

Quels retours avez-vous eu? Je suis très heureuse du nombre de personnes qui aiment! J’ai eu des retours de beaucoup de monde, directement ainsi que sur Autostraddle, Facebook etc. qui allaient de «yay! c’est à mourir de rire!» à «l’existence de cette série me rend plus facile le fait d’être moi-même».

Si vous pouviez tout recommencer, que feriez-vous différemment? C’est une excellente question. J’aimerais la retourner à vos internautes: qu’aimeriez-vous voir, s’il y a une saison 2? Quelles seraient vos suggestions?

Sur Autostraddle, la websérie est présentée comme «écrite, dirigée, produite et éditée par de Vraies Femmes Lesbiennes». C’est important? La plupart des projets sur lesquels j’ai travaillé n’avaient rien d’homo, mais j’avais le sentiment que créer une sitcom avec des personnages lesbiens pour le «grand public» que tout le monde trouveraient drôle, quels que soient leur genre ou leur orientation, était vraiment essentiel. Et en tant qu’artiste professionnelle dans le milieu du spectacle, je veux être un exemple permanent qu’être out mène au bonheur et au succès. J’ai la chance d’avoir de tels exemples autour de moi, et c’est notre boulot de faire en sorte que cela continue.

Vous avez été nommée l’une des «10 formidables lesbiennes du show-business» par Power Up – une association et maison de production qui œuvre à améliorer la visibilité des lesbiennes dans les métiers du spectacle, des arts et dans les médias sous toutes leurs forme –, vous avez été nommées, Ashley Reed, Sarah Croce et vous, «entrepreneures de l’année» par le magazine lesbien Go Mag. L’année 2011 se termine très bien pour vous, qu’attendez-vous de 2012? Plein de travail sympa et super excitant, des moments géniaux, et une prise de conscience total à un niveau global! J’ai la chance énorme de pouvoir créer tous les jours, de travailler avec des personnes formidables, et d’avoir des défis à relever constamment. C’est vraiment juste le début. La suite au prochain épisode!

Haviland Stillwell Sarah Croce Ashley Reed Unicorn Plan-It - WingSpan Pictures

(Re)voir tous les épisodes de Unicorn Plan-It sur Yagg TV

Unicorn Plan-It sur Facebook et Twitter

Haviland Stillwell sur Facebook

Le site de Haviland Stillwell

Vous rêvez d’un t-shirt Unicorn Plan-It? C’est par ici.

Photos WingSpan Pictures