L.A. Zombie, errance gore et sexuelle signée Bruce LaBruce (Hustler White, Otto), avec François Sagat, sort cette semaine dans les salles – en format plus court et moins explicite que la version X-rated, mais c’est déjà pas mal hardcore.

«COLLECTOR»
C’était l’occasion pour nous de rencontrer à nouveau François, un habitué de la maison, pour faire le point sur sa carrière et ses projets. Non, il n’arrête pas le porno gay. La preuve, les studios américains Titan lui ont donné carte blanche pour réaliser un film quasiment de A à Z. Ce sera Incubus, bientôt disponible. Même s’il ne renie en rien son parcours d’acteur porno (une carrière, faut-il le souligner, au retentissement tout à fait exemplaire, à l’image d’un Jeff Striker ou d’un Al Parker autrefois), François Sagat porte un regard quelque peu désabusé sur l’industrie actuelle, regrettant un temps où le X était plus «collector».

Il évoque aussi son projet de single avec le mannequin Sylvia Gobbel, ex-muse d’Helmut Newton, concocté par le photographe Franck Glenisson. Les yaggeurs ont même droit à un charmant clin d’œil en toute fin d’interview. Merci François.