À Yagg, on aime Sophia Aram. Parce qu’elle n’a pas la langue dans sa poche (ce qui est plutôt pratique pour une chroniqueuse radio), parce qu’elle est drôle, fine et qu’elle remet en cause les propos homophobes et racistes (lire Sophia Aram sur France Inter: «Sans déconner, c’est quoi le problème avec le mariage homosexuel?» et «Théorie du genre»: Sophia Aram se moque de Lionnel Luca). Mais cette liberté de parole – pas sur les homos, sur le Front national essentiellement –, elle la paie cher, comme elle l’explique dans un entretien publié sur le site de Télérama.

Sophia Aram sur Facebook et sur Twitter.