C’est dans la nouvelle émission de France 3, 12/13 Dimanche, diffusée le 4 décembre, que Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a affirmé qu’il voulait mettre fin à l’interdiction faites aux homosexuels de donner leur sang. Dans la dernière partie de l’émission, le sujet porte sur le manque de donneurs en France.

«JE NE SUIS PAS D’ACCORD AVEC CETTE INTERDICTION»
Le journaliste Francis Letellier demande au ministre quelle est la situation «de l’accès aux dons du sang des homosexuels» et rappelle que plusieurs pays ont levé l’interdiction. Xavier Bertrand réaffirme alors sa position: «Ma position est claire, ça a toujours été la même depuis plusieurs années. Je ne suis pas d’accord avec cette interdiction faite parce que je ne veux pas que l’on parle de population à risques, comportements à risques, oui». Le journaliste lui demande donc si l’interdiction sera levée et le ministre nuance son propos: «Moi, je souhaite qu’elle soit levée, j’ai besoin d’avoir l’avis de tous les experts pour qu’ils nous disent très clairement “il n’y a pas de problème pour qu’ils puissent donner leur sang”».

L’EUROPE DEMANDE LA LEVÉE DE LA DISCRIMINATION
En juin dernier, dans un échange avec des militants UMP sur la question du don du sang, Xavier Bertrand avait expliqué attendre la décision de l’Europe sur cette question, prévue à la rentrée dernière. «Je prendrai alors mes responsabilités pour pouvoir l’autoriser», avait-il déclaré.

L’Europe a pris sa décision: le commissaire à la Santé John Dally a expliqué que le droit communautaire justifie des exclusions du don de sang chez les personnes présentant «un risque élevé de contracter de graves maladies infectieuses» en raison de leur «comportement sexuel» et non en fonction de leur «orientation sexuelle». Le commissaire rappelait à l’ordre les pays qui continuent de discriminer sur la base de l’orientation sexuelle. On ne peut être plus clair. Depuis, la Grande-Bretagne avait ouvert le don du sang, en demandant cependant aux homosexuels d’être abstinents pendant un an.

Si l’on peut reconnaître à Xavier Bertrand de la constance – il n’a en effet pas changé d’avis depuis 2006 sur la question –, on peut se demander pourquoi il ne met pas fin à l’interdiction tout de suite et demande encore à des experts (lesquels? Sur quelle base?) de donner leur avis. En politique, il faut savoir agir selon ses convictions.

Voir aussi Jean-Luc Romero réagit à la porte ouverte de Xavier Bertrand sur le don du sang sur le blog du collectif Tous receveurs, tous donneurs.