Les policiers municipaux de la ville d’Anvers n’en reviennent toujours pas. Voilà deux semaines, en effectuant une patrouille près du parc du Rivierenhof, devenu un lieu de drague homo à la mode, ils sont tombés sur l’un des responsables de la police fédérale, rapporte le quotidien néerlandophone Het Nieuwsblad. L’officier venait de terminer son service quand il a été pris en pleine action. À deux pas du QG de la police.

Ces derniers temps, les pandores ont arrêté plusieurs autres hommes pour des faits similaires, indique le journal. Les services de police expliquent ce surcroît de zèle par la proximité du site avec une école. «Ils ne se cachent même pas!», s’indigne une source policière. Auparavant, les gays avaient coutume de se retrouver sur une aire d’autoroute à la sortie d’Anvers, explique le quotidien. Mais avec les facilités de rencontre offertes par Internet, ils peuvent désormais se rencontrer plus directement en ville.

Se faire pincer forniquant dans les fourrés peut coûter cher: de huit mois à un an de prison et de 26 à 500 euros d’amende pour «attentat à la pudeur». Les agents ont dû dénoncer leur malheureux supérieur au ministère public pour indécence. L’homme, qui a une vingtaine d’années de service au sein de la police, est aussi sous le coup d’une procédure disciplinaire.

Photo: DR

soutien yagg