En journalisme, il y a des «actus» qui reviennent toujours comme les marrons à l’automne. Des marronniers, il y en a aussi en sport et ils sont parfois délicieux. Donc, de la récurrence en sport: les handballeuses poursuivent leurs rêves, Laure Manaudou a replongé, un président conseille de rester dans le placard, le PSG est en crise, Rafael Nadal est charmant.

Handball. Dans cette grande série automnale d’une chronique qui a décidé que (presque) tout allait bien, commençons par le marron le plus délicieux de ce week-end. Les handballeuses françaises ont rendez-vous avec les championnats du monde au Brésil. Vice-championnes du monde en titre, elles commencent leur compétition, en phases éliminatoires, demain contre le Japon. L’équipe est aujourd’hui un savant mélange de joueuses expérimentées et nouvelles, de Raphaëlle Tervel (214 sélections et des souvenirs de championne du monde 2003 – elle est la seule encore dans la formation à avoir vécu l’un des plus beaux instants du sport français– à Blandine Dancette (25 sélections).

Les «Femmes de défis» – le handball aime bien donner des surnoms à ses équipes, hommes ou femmes – ont enregistré une petit clip. De la poésie du croisement de bras:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur HandTV – Mondial au Brésil – La bande-annonce !

Et pour le plaisir, les derniers instants de la finale 2003

Si vous ne pouvez pas regarder la vidéo ci-dessus, cliquez sur Finale Mondial Handball Féminin 2003 : Souvenir

À 20h15, sur Sport+

Tennis. Ce sourire, c’est une récurrence sur le circuit. Rafael Nadal aime le jeu et le montre. Le numéro 2 mondial qui emmène l’équipe d’Espagne en finale de la Coupe Davis à Séville est tout simplement heureux de retrouver ses adversaires et le montre en enlaçant Juan Monaco ponctuant l’élan d’un pincement aux fesses (David Nalbandian n’a eu droit qu’à un hug). Cela n’a pas empêché à Nadal de coller une fessée (jeu de mot) à Monaco dans le premier match (6-1, 6-1, 6-2).

Football (marron nouveau). Cela commence à devenir une bonne habitude, il y a du football féminin à la télévision ce week-end. Et quel foot! Lyon-Juvisy. Les deuxièmes reçoivent les premières du championnat de France au Stade Gerland. Lyon qui n’a plus perdu un match à domicile depuis 2006. Sandrine Mathivet, la coach de Juvisy, estime que son club va «exister».

Car si les Lyonnaises, à l’instar de la petite bande qui évolue en équipe de France (Louisa Necib, Eugénie Le Sommer, Elodie Thomis), sont de redoutables collectionneuses de buts (l’an dernier, à Lyon, elles avaient battu Juvisy 7-1), elles ont perdu leur dernière rencontre en quart de finale lors de leur dernière confrontation, en avril. 1-1, la balle au centre.
Samedi, à partir de 18h40, sur France 4.

Football (marron vintage). À un moment, on pensait que cela n’arriverait plus. Il aura fallu attendre la presque fin de l’automne pour subir la «crise automnale» du PSG. Le club parisien passé sous contrôle d’une société d’investissement qatari roulait grand train. Recrutement de luxe avec l’Argentin Javier Pastore en tête et début de saison sur les chapeaux de roue. Premier du classement du championnat de France, un parcours presque pépère en Europa League, la deuxième division de la Coupe d’Europe. Et puis patatras. Une défaite contre Nancy, une plus que déconvenue contre l’Olympique de Marseille (défaite 3-0 au Vélodrome) en championnat de France. Le PSG n’est plus premier. Et voilà qu’hier soir, il compromet ses chances de se qualifier en seizième de finale de l’Europa League en cédant contre Salzbourg (NB: vous voyez que l’on peut trouver plein de synonymes de perdre ou battre).

La crise couve donc, à ce qu’il paraît. Les joueurs soutiennent Antoine Kombouaré qui a déclaré en conférence de presse qu’il était «un battant» et sur la question de son départ, qu’il fallait la poser à ses dirigeants. Dimanche, le PSG reçoit Auxerre.
Dimanche, à 17 heures, sur Foot+.

Natation. La piscine des Jeux d’Atlanta 1996 accueille les championnats américains, auxquels participent de nombreux/ses Français-e-s (c’est possible et cela permet de se mesurer aux adversaires) dont Camille Muffat et Yannick Agnel. Frédérick Bousquet et sa compagne Laure Manaudou sont venus en voisins qui vivent non loin d’Atlanta. La meilleure nageuse française de l’histoire replonge pour espérer participer aux Jeux olympiques de Londres. Jeudi, elle a terminé première de la finale B du 400 mètres dont elle fut détentrice du record du monde (en 2006), elle avait réalisé le 15e temps des séries. Courageux et pas si simple de recommencer à compter les carreaux des piscines sur des kilomètres quand on a arrêté près de trois ans. Laure a confié avoir éprouvé un sentiment «bizarre». Sa compatriote Camille Muffat a remporté le 400 mètres comme Yannick Agnel. Et si c’étaient eux, désormais, qui créaient l’émulation pour celle qui a été le moteur de cette génération dorée de la natation française? Les sélections olympiques sont en mars 2012.

Placard. Cela devient une habitude. Damiano Tommasi, président du syndicat italien des footballeurs professionnels, estime qu’il est plus judicieux de ne pas révéler son homosexualité quand on est un joueur professionnel… en fait, un peu tout le monde: « peu importe votre profession, que vous soyez journaliste, footballeur ou homme politique, je ne crois pas que ce soit recommandable », a-t-il déclaré lors d’une émission. « Je ne pense pas qu’il y ait une obligation à exprimer ses préférences sexuelles pour travailler et vivre en paix ».

Avant lui, Philipp Lahm, capitaine du Bayern Munich était sur la même longueur d’onde. Une façon, selon lui, d’éviter les insultes. Débat à répétition, et si on s’y met tous, il n’y aurait plus d’obligation. Bon week-end.

PS: Retrouvez Yagg lors du colloque international de la FSGL ce samedi, à l’Hôtel de Ville de Paris.

Photos DR / BFM TV / FCF Juvisy