Mardi 29 novembre, le salon de l’Hôtel de Ville de Paris est plein à craquer. Beaucoup sont venu-e-s pour entendre le discours de François Hollande, candidat PS à la présidentielle de 2012. Il profite de la tenue des États généraux de l’association Élus locaux contre le sida (ELCS), présidée par Jean-Luc Romero, pour dévoiler ses engagements en matière de lutte contre l’épidémie.

Cette année marque en effet les 30 ans de l’apparition de cette nouvelle maladie, qui a tué plusieurs dizaines de milliers de personnes en France et plusieurs dizaines de millions dans le monde. Dans le reportage de Yagg, vous retrouverez les extraits les plus significatifs du discours de François Hollande.

LES PRIORITÉS DU CANDIDAT HOLLANDE
Au rang des priorités du candidat, il y a la recherche, dont «les efforts doivent être amplifiés». Sur la prévention, François Hollande a affirmé que l’information devait se faire «dès l’école, dès le plus jeune âge, sans rien craindre». Il préconise aussi des actions ciblées, notamment auprès des homosexuels, ainsi que la généralisation du dépistage. Il a également martelé que la lutte contre les discriminations devaient être «déterminée». Jusque-là, rien que de très classique.

AIDE MÉDICALE D’ÉTAT ET PRISONS
Plus courageux diront certains ont été ses propos au sujet de l’Aide médicale d’État (AME) qui permet aux malades étrangers et sans papiers d’avoir accès aux soins. «Elle doit être rétablie» a très clairement fait savoir François Hollande, alors que le gouvernement en a restreint l’accès en imposant un forfait de 30 euros pour y avoir droit. François Hollande a également insisté sur la prévention du sida en prison, où selon les chiffres qu’il a cités, «12% des détenus s’injectent de la drogue et 30% échangent leurs seringues». «Prévenir en prison, c’est éviter le développement de la maladie hors la prison», a-t-il précisé.