Carla Bruni-Sarkozy a de la constance dans ses engagements. Elle a rappelé ce jeudi 1er décembre que c’est parce que le sida a touché dans sa famille (son frère est mort du sida) et dans le milieu de la mode qu’elle s’est mobilisée contre l’épidémie, bien avant d’épouser le Président de la République.

BANALISATION DU DÉPISTAGE
Invitée d’Europe 1 ce matin, Carla Bruni-Sarkozy a plaidé pour une banalisation du dépistage. «Il y a encore 7000 contaminations en France et cela touche aujourd’hui des populations hétérosexuelles qui sont moins sensibilisées et qui recourent au diagnostic seulement quand ils perçoivent les symptômes et c’est dangereux». En 2010, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), un tiers des découvertes de séropositivité est réalisé à un stade très tardif. C’est une perte de chance pour les malades dans l’accès au traitement et aux soins et c’est aussi un frein à la prévention.

AMBASSADRICE DU FONDS MONDIAL
«Beaucoup de progrès ont été faits mais il faut rester alerté, rester attentifs et dire aux jeunes de se protéger», a ajouté Carla Bruni-Sarkozy. L’ambassadrice du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, prête aussi main forte pour qu’en 2015, plus aucun enfant ne naisse séropositif. C’est la campagne Born HIV Free dont nous avions parlé lors de son lancement en mai 2010. Elle a pointé les craintes des femmes séropositives africaines et indiennes d’être stigmatisées. «Il faut dédiaboliser cette maladie. Si on continue comme ça on pourra presque éliminer la transmission de la mère à l’enfant d’ici 2015».

Écoutez l’intégralité de l’interview en cliquant sur Carla Bruni-Sarkozy: «il faut banaliser le dépistage du sida»