VIH | 21.11.2011 - 17 h 38 | 0 COMMENTAIRES
VIH/IST: une campagne pour inciter les gays au dépistage
Publié par
«Ensemble, nous pouvons arrêter l'épidémie», clament la Fédération LGBT, Sidaction et le Sneg Prévention, unis pour cette action spéciale dépistage à l'occasion du 1er décembre.

Les gays restent le premier groupe touché par le VIH en France et la Fédération LGBT, Sidaction et le Sneg Prévention s’associent à nouveau pour lancer une campagne nationale de mobilisation des gays sur le dépistage et le traitement du VIH et des Infections sexuellement transmissibles (IST).

À l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le sida, l’affiche ci-contre (cliquez dessus pour la voir en grand format) sera présente dans les associations et les établissements LGBT. Les trois associations avaient déjà lancé une opération similaire au 1er décembre 2010 (lire «L’excès de dépistage est bon pour la santé»).

«ENSEMBLE, NOUS POUVONS ARRÊTER L’ÉPIDÉMIE»
Pour la Fédération LGBT, cette campagne s’adresse à la fois aux séronégatifs et aux séropositifs: «Ensemble, nous pouvons arrêter la transmission de l’épidémie. Se faire dépister aussi souvent que nécessaire permet le suivi et l’accès au soin le plus tôt possible. Ceci pour le bénéfice de chacun, mais aussi pour le bénéfice de l’ensemble de la communauté puisqu’un traitement efficace réduit le risque de transmission du VIH».

L’ARGUMENT DU TASP
De son côté, Sidaction, qui n’est pas une association LGBT, explique que les gays ne doivent pas attendre pour connaître leur statut: «Le dépistage régulier doit devenir un réflexe.» Et l’association avance aussi l’argument de l’efficacité du Tasp (Traitement as Prevention), le traitement comme outil de prévention. «Parce que les chercheurs ont démontré que la diminution du nombre de nouvelles contaminations était enfin possible avec des traitements efficaces contre le VIH, la mobilisation de tous permettra de concrétiser cet espoir».

Pour le Sneg Prévention, un des acteurs les plus engagés sur le terrain, le dépistage est l’occasion de faire le point: «Pour les gays séronégatifs et séropositifs, le dépistage du VIH, des IST et des hépatites, au-delà de l’accès au traitement, peut être aussi l’occasion de faire le point sur ses pratiques. Dépistage et traitement peuvent ainsi contribuer à une vie sexuelle épanouie et de qualité.» Le Sneg assure que la campagne sera diffusée dans les 650 établissements partenaires répartis sur tout le territoire.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.