Médias, Société | 20.11.2011 - 15 h 28 | 0 COMMENTAIRES
  • algérie
  • Lexo Fanzine
  • Nesrine

«LeXo Fanzine», un mini mag pour les lesbiennes algériennes

Publié par
Un jour, Nesrine, lesbienne algérienne, en a eu assez de manquer d'infos sur la culture lesbienne en Algérie. Elle a donc lancé «LeXo Fanzine», dont le 10e numéro sortira le 5 décembre.

Un jour, Nesrine, lesbienne algérienne, en a eu assez de manquer d'infos sur la culture lesbienne en Algérie. Elle a donc lancé LeXo Fanzine, dont le 10e numéro sortira le 5 décembre, un petit fanzine à télécharger dont le contenu évolue au gré des humeurs de sa créatrice: mariages de convenance, films, webséries, mode, beauté, poésie, témoignages… Pourquoi, pour qui? Nesrine répond.

Comment est né LeXo Fanzine? Tout d'abord ce n’est pas un magazine comme La Dixième muse ou autre, mais plutôt un fanzine que communément les lesbiennes algériennes surnomment le mini-magazine. Il est né après un ras-le-bol dû à un énorme manque d’information de la culture lesbienne en Algérie, donc j’ai décidé de créer un fanzine où j’aborderais la vie des lesbiennes algériennes et au passage les informe sur les derniers news de nos semblables des autres pays.

D'où vient le nom? Il fallait un nom court pour retenir donc j’ai choisi LeXo qui ne réfère à rien et Fanzine pour faire comprendre que ce n’est pas un mag’ mais plutôt une créativité amatrice et indépendante.

À qui s'adresse-t-il? Il s’adresse particulièrement à notre communauté lesbienne algérienne, bon nombre d’elles l’ont adopté, il devient de plus en plus un petit souffle moderne pour nous toutes.

Pourquoi un fanzine sur internet? Pour deux raisons: la première, c'est que maintenant l’internet joue un grand rôle dans notre vie, surtout pour nous les LGBT, tout circule sans limites et sans censure, la rapidité et l’efficacité de l’information qui se propage dans aux quatre coins du monde m'a poussée à saisir cette opportunité de diffuser; la deuxième raison, c’est qu’il faut souligner qu’en Algérie l’homosexualité n’est pas tolérée sous peine d’emprisonnement et d’amende, donc le meilleur moyen de diffuser en toute sécurité c’est le net.

Existe-t-il une version papier? C’est une version envisageable et qui demande beaucoup de sacrifice et ruse et surtout un budget pour rendre ce mini mag’ concret. Pour le moment le but recherché est de le rendre accessible sur le net en format PDF, pour la suite on verra.

Pourquoi avez-vous souhaité passer par la forme magazine plutôt que par un blog ou un site? Il fallait trouver un nouveau moyen d’informer original et attirant, car les blogs et sites prolifèrent, mais c'est aussi pour l’avoir chez soi, genre «un magazine qui parle de ma vie et je l’ai dans mon PC, et en plus j’ai tous les numéros!!!!», il devient concret et personnellement peut-être intime pour nous toutes, car l’information est rare et reste étrangère, faite par d’autre pays où l’homosexualité n’est plus un mot à dénigré, alors le faire par une Algérienne pour des Algériennes est une nouveauté chez nous.


Que trouve-t-on dans LeXo Fanzine? De tout, les rubriques de LeXo Fanzine varient selon le contenu du Fanzine.

Qui le fait? Au début je l’ai créé toute seule, j'ai 26 ans, je m'appelle Nesrine, je suis professeure et une grande amatrice de lecture et écriture, assoiffée de nouveauté. Maintenant ma compagne m’aide sur quelques rubriques.

Que dit la loi algérienne sur l'homosexualité? Ah elle dit beaucoup! En Algérie il y a deux lois qui nous empêchent d’être libres: «Art. 333 - (loi n° 82-04 du 13 février 1982) Toute personne qui a commis un outrage public à la pudeur est punie d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 500 à 2000 DA. Lorsque l’outrage public à la pudeur a consisté en un acte contre nature avec individu du même sexe, la peine est un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 1000 à 10000 DA» et l’article 338 qui à son tour diminue de la personne: «Art. 338 Tout coupable d’un acte d’homosexualité est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 500 à 2000 DA. Si l’un des auteurs est mineur de dix-huit ans, la peine à l’égard du majeur peut être élevée jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 10000 DA d’amende».

Qu'en est-il en réalité? La réalité est amère, nous sommes obligés de vivre cachés, clandestinement, nous sommes obligés de montrer une façade du parfait hétéro pour ne pas subir les conséquences, notre vie est mensonge sur mensonge, car nous n’avons pas le choix, il faut ruser pour avancer ou plutôt survivre.

Quel regard portez-vous sur le «printemps arabe»? Personnellement la politique ce n’est pas mon dada, je ne peux pas échapper à la surmédiatisation des dernières révolutions orchestrées par nos voisins. Je dirais que le changement est de bon augure, celui qui lutte pour son droit doit être félicité et considéré comme un geste honorable, car le sacrifice est unanime, rien ne vient sans qu’on lutte et qu'on s’acharne pour arracher ce qui est normalement commun pour tout mortel: la liberté.

Vous sentez-vous concernée? Oui, car en quelque sorte nous sommes tous dans le même système archaïque qui dure depuis longtemps et qui fait oppression sur le peuple, ce dernier veut être libéré de ses chaines.

Pensez-vous que les personnes LGBT ont un rôle particulier à jouer? Bien sûr, nous sommes une communauté qui connaît parfaitement les mots «oppression» et «injustice», nous sommes aussi connus pour être des gens qui ne baissent jamais les bras, une communauté unie qui participera à la lutte avec ses frères hétéros pour un seul but, celui de la libération.

Le site de Lexo Fanzine

Print This Post
Photo du profil de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.