Le Premier ministre du Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a déclaré dans une interview à la BBC qu’il souhaitait que la future Constitution du pays institue «la liberté d’orientation sexuelle».

«C’est un sujet très controversé dans ma partie du monde. J’espère que la Constitution instituera la liberté d’orientation sexuelle, du moment que cela ne gêne personne. Qui suis-je pour définir les opinions de chacun en termes d’orientation sexuelle? (…) Pour moi il s’agit d’un droit humain. C’est quelque chose que les individus doivent pouvoir choisir.»

Figure historique de l’opposition au président Mugabe, Morgan Tsvangirai est depuis 2009 à la tête d’un gouvernement d’union nationale, en vue de préparer une nouvelle Constitution au Zimbabwe. Ses propos à la BBC contredisent ses déclarations précédentes, dans lesquelles il se déclarait en accord avec le très homophobe Robert Mugabe – pour qui les homosexuels sont «pires que les porcs et les chiens» – sur le fait que les gays et les lesbiennes ne seraient pas protégé-e-s dans la Constitution.