Les conservateurs anglais continuent leur offensive pro-LGBT. Après les déclarations de la ministre de l’Égalité, puis du Premier ministre (Lire David Cameron: « Je soutiens le mariage gay parce que je suis conservateur »), c’est au tour d’Andrew Mitchell,  secrétaire d’État pour le Développement international, décrit comme proche de David Cameron, d’y aller de sa déclaration. Selon le Daily Mail, Andrew Mitchell menace d’une « amende » les pays d’Afrique qui iront trop loin dans la persécution des LGBT. Cette amende prendrait la forme d’une réduction des aides financières accordées à ces pays. Le Malawi aurait ainsi déjà perdu 19 millions de livres sterling au moment où la justice du pays a condamné deux gays à 14 ans de travaux forcés – ils ont été graciés par la suite.

L’OUGANDA ET LE GHANA DANS LE COLIMATEUR
L’Ouganda et le Ghana se trouvent désormais dans le collimateur d’Andrew Mitchell. Le premier pour tourner depuis des mois autour d’une loi qui punirait l’homosexualité de la peine capitale, le second pour les déclarations de son président, qui a appelé à infléchir la « menace homosexuelle ».

« Nous allouons désormais des fonds tous les trois mois, plutôt que tous les ans, afin de pouvoir évaluer les performances d’un pays, par exemple dans le domaine des droits humains, et prendre des mesures quand les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes. Nous n’apportons notre aidedirectement aux gouvernements que lorsqu’ils partagent nos engagement à réduire la pauvreté et à respecter les droits humains », a déclaré au Daily Mail l’un des porte-paroles d’Andrew Mitchell.

Le journal anglais rapporte que si le Ghana et l’Ouganda sont cités, de nombreux autres pays où il ne fait pas bon être gay, lesbienne ou trans’, reçoivent toujours des aides importantes, tels que le Pakistan, le Nigéria, le Vietnam ou le Zimbabwe.