La marche des fiertés de Belgrade, qui devait se tenir demain, dimanche 2 octobre, a été interdite par les autorités serbes. Le Conseil National de Sécurité serbe a annoncé qu’il interdisait la marche, ainsi que trois contre-marches organisées par des extrémistes, faute d’effectifs policiers suffisants pour assurer la sécurité de tout le monde.

«CAPITULATION»
Les deux précédents événements, en 2001 et 2010 s’étaient terminés dans la violence, avec de nombreux blessés. Goran Miletic, l’un des organisateurs de la marche a déclaré qu’il s’agissait d’une «capitulation devant les hooligans et les agresseurs».

Dans un communiqué, la députée européenne Ulrike Lunacek, coprésidente de l’Intergroupe LGBT au Parlement européen indique «regretter que les citoyens serbes ne pourront pas marcher pour la tolérance, l’acceptation et l’égalité dimanche. Les autorités serbes ont le devoir de se soucier de la sécurité de tout le monde, mais il est profondément dérangeant de voir que les dirigeants d’un pays qui cherche à obtenir le statut de candidat et de membre à l’Union européenne —  soutenu par une majorité du Parlement européen – se sentent incapables d’assurer cette sécurité pour tous ses citoyens.»