«Vivre une histoire à distance, c’est un peu comme regarder un film en accéléré dont on ne retiendrait que les scènes les plus intenses», écrit la yaggeuse Gami en présentation d’une nouvelle planche sur son blog la lumière au fond du placard.