Pour les fans qui l’ignoraient encore, les dessous de la télé-réalité ne sont pas aussi idylliques que les images voudraient le laisser croire. Vincent Mc Doom et Magloire le savent bien, eux qui occupent ce créneau depuis plus de dix ans.

«GROSSE MERDE» ET «VIEILLE ANTILLAISE SUR TALONS»
Pourtant, les deux vedettes de l’émission La Folle Route, produite par Be Aware, la maison de production de Cauet, dont la 3e édition débutera sur NRJ12 le 29 août prochain, n’en reviennent toujours pas de la manière dont on les a traités pendant les 12 jours de tournage. «On», c’est l’équipe de production de l’émission, qu’ils accusent d’insultes et de harcèlement moral.

http://www.youtube.com/watch?v=Ac1rom7E6Jk

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Interview de Vincent McDoom: VICTIME D’HOMOPHOBIE!

Vincent Mc Doom a ainsi confié au site People-Times.com: «J’ai l’impression qu’ils étaient un peu homophobes». Quelques jours plus tard, interrogé par le même site, Magloire donne sa version longue de l’histoire. Il affirme avoir été traité de «grosse merde qui n’arrive pas à maigrir» et Vincent Mc Doom de «vieille Antillaise sur talons».

Les deux célébrités sont revenues sur cet épisode dans la version suisse du quotidien 20 Minutes. «C’était de l’homophobie, a confié Magloire. Il m’est encore difficile d’en parler car ça me fait de la peine. Dire que l’on est en 2011 et qu’il arrive encore ce genre de chose, en plus dans ce métier-là, c’est incroyable.»

«ON A ÉTÉ ACCEPTÉS PARTOUT»
«Vincent Mc Doom est un monsieur de 46 ans qui met du rouge à lèvres et qui porte des talons hauts. Moi, j’ai 42 ans et toutes mes extravagances et on va rencontrer des agriculteurs, des femmes au foyer, etc. Ces personnes-là, qui auraient pu être homophobes, nous ont très bien accueillis. On a été acceptés partout. Cela prouve que lorsqu’on est intelligent, on est tous capables de bien vivre ensemble», a ajouté l’animateur.

http://www.youtube.com/watch?v=jrbYqUeR7wI

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez sur Interview de Magloire sur le tournage de «À Plein Régime, NRJ12» pour People-Times.com

«PETITES BLAGUES MIGNONNES»
Vincent Mc Doom a confirmé la version de son acolyte à 20 Minutes: «De toute ma vie, c’est la première fois que je suis confronté à l’homophobie. Et ça s’est passé avec cette équipe de production. Bien sûr, j’ai déjà eu des critiques à cause de mon apparence, mais jamais à cause de ma sexualité».

Toujours selon la diva à talons, le directeur artistique de l’émission, Antoine Bourdillon, n’avait aucun contrôle sur ses nouveaux collaborateurs qui n’avaient pas travaillé sur les deux précédentes saisons. Les deux artistes racontent que le directeur a minimisé les faits en qualifiant ces propos de «petites blagues mignonnes».

«PAS QUESTION D’HOMOPHOBIE»
Directement mis en cause par les deux vedettes pour son laisser-faire, Antoine Bourdillion, producteur exécutif et réalisateur du programme, a répondu que «pour [lui], il n’a pas été question d’homophobie». Comme souvent dans ce genre d’affaire, c’est parole contre parole.

Reste une question: si homophobie il y a eu, pourquoi nos deux vedettes n’ont-elles pas déposé plainte contre l’équipe de production? Pour rappel, Magloire et Vincent Mc Doom ont toujours répété qu’il fallait lutter contre toutes les formes de discriminations.

Magloire s’était même engagé pour la campagne nationale du Refuge, en 2010. «C’est un non à toutes les phobies, homophobie, racisme, etc. Il faut dire: c’est pas possible», avait-il déclaré lors de son passage dans l’émission de Jean-Marc Morandini.

Photo DR