Il n’y a pas que des jeunes catholiques qui défilent dans les rues de Madrid à l’occasion des 26e Journées mondiales de la Jeunesse. Cet immense rassemblement de croyants génère aussi des protestations, à l’image des manifestations qui se tiennent quotidiennement dans la capitale espagnole.

À chaque jour sa contestation: mercredi, des associations pro-laïcité battaient le pavé pour protester contre les coûts engendrés par la visite papale alors que le pays est frappé de plein fouet par la crise. Jeudi, c’était au tour des associations LGBT de se faire entendre.

«BIENVENUE M. LE PAPE»
En principe, le parcours du souverain pontife à travers les rues de Madrid en papamobile aurait dû être ponctué par un kiss-in organisé par un collectif d’associations LGBT locales afin de protester contre le «fondamentalisme de l’Église catholique» et «les condamnations moralisatrices sur la sexualité» du Vatican. 
Mais les manifestants, conviés à l’événement baptisé ironiquement «Bienvenue M. le pape» via Facebook, ont finalement été bloqués par les policiers et se sont dispersés en différents petits groupes.

Un couple d’hommes a néanmoins réussi à déjouer leur vigilance, et à s’embrasser à pleine bouche au passage de la papamobile, rapporte l’AFP, qui a immortalisé la scène (voir la vidéo).

«TUER LES PUTES ET LES PÉDÉS»
En marge des manifestations, la police a indiqué avoir arrêté mardi un jeune «extrémiste» catholique qui avait annoncé son intention de commettre un attentat contre les manifestants pro-laïcité et LGBT. Âgé de 24 ans, José Alvano Pérez Bautista faisait partie des 30000 bénévoles qui encadrent les JMJ. Mais sur le net, sous le pseudonyme de «Bagman 69», ce jeune étudiant en chimie de nationalité mexicaine affichait des projets pas du tout catholiques.

Dans sa ligne de mire, les manifestants s’élevant contre la visite du pape et tout particulièrement les «putes et les pédés de merde anti-pape», comme il l’écrivait dans les commentaires d’un article du quotidien en ligne La Voz Libre. Il y annonçait également son intention de leur jeter «des cocktails molotov». La violence de ses propos a conduit des internautes à le signaler à la police, rapporte le quotidien Publico

Tout en annonçant que rien n’indiquait que l’étudiant était sur le point d’agir, la police a indiqué qu’elle avait tout de même procédé à son arrestation afin de «prévenir tout incident». Présenté devant un juge, le petit chimiste homophobe a reconnu les faits mais a assuré qu’il s’agissait d’une «blague». Il a été laissé en liberté conditionnelle, avec l’obligation de se présenter tous les jours, matin et soir, au commissariat de police dont dépend son domicile.

MANIFESTATION
Loin de se décourager, les associations LGBT ont prévu de manifester une nouvelle fois avec les association pro-laïcité aujourd’hui. Ce n’est pas la première fois que Benoît XVI doit faire face à l’hostilité des LGBT espagnols. En novembre 2010, à Barcelone, quelque 200 militants gays et lesbiens s’étaient mêlés aux fidèles catholiques et s’étaient embrassés au passage de la papemobile (voir Kiss-in gay à Barcelone, la vidéo).

Photo DR