L’association Le Refuge, qui propose un hébergement temporaire et un accompagnement social et psychologique à des jeunes homos victimes d’homophobie et en rupture familiale, a été reconnue d’utilité publique, par décret du 16 août, publié au Journal Officiel du 18 août.

«PREMIÈRE»
Dans un communiqué de l’association, Nicolas Noguier, son président, se félicite de cette reconnaissance de l’État français: «Nous sommes la première association de lutte contre l’homophobie à obtenir cette reconnaissance. Cela légitime notre action et va renforcer notre visibilité».

«Un dossier avait été déposé il y a un an environ auprès du ministère de l’Intérieur», confie à Yagg Nicolas Noguier. Les étapes jusqu’à la reconnaissance furent les suivantes: «avis du ministère de la Jeunesse et de la Vie Associative, étude du dossier en interne au ministère de l’Intérieur qui se positionne sur la recevabilité». Puis «le dossier jugé recevable [a été] transmis au Conseil d’État qui [a prononcé] un avis favorable le 27 juin 2011».

DONATIONS ET LEGS
Le Refuge est «désormais habilité à recevoir des donations et des legs en plus des dons manuels», précise le communiqué. Un plus que l’association compte mettre au profit de développements importants, comme «la création de clubs départementaux dans toute la France pour ancrer son action au plus près du terrain».

Le Refuge propose 24 places d’hébergement à Montpellier, Paris, Lyon et Marseille en maisons-relais.