CONSEILS DE SÉCURITÉ
Du côté des organisateurs, on tente de relativiser la portée des déclarations présidentielles. «Ça ne sert à rien de répondre à ce dernier klausisme», a réagi le président du comité d’organisation de la Prague Pride Czeslaw Walek, rappelant ainsi les précédentes sorties polémiques de Václav Klaus, sur les Roms, la Seconde Guerre mondiale ou le réchauffement climatique.

Contacté par Yagg, Bastiaan Huijgen, membre de l’association organisatrice, pointe l’irresponsabilité du président et de son conseiller. «Du point de vue de la sécurité, leurs propos peuvent provoquer une réaction des mouvements néo-nazis qui pourraient se sentir renforcé dans leur logique de violence contre la Marche», s’inquiète-t-il. Comme pour lui donner raison, des partis d’extrême droite auraient d’ors et déjà prévu d’organiser une contre-manifestation.

S’affirmer homo en République Tchèque s’avère encore une entreprise risquée. L’année dernière, Brno, la deuxième plus grande ville du pays, accueillait sa deuxième Queer Parade malgré l’opposition de son maire. Mais les 1000 participants avaient été pris à partie lors d’un contre défilé d’organisations nationalistes et religieuses.

À Prague, les organisateurs de la Marche ont publié des conseils de sécurité sur leur site. Il est conseillé de ne pas répondre «sous le coup de l’émotion» aux provocations verbales d’un possible contre-défilé, de faire appel aux forces de protection en cas d’attaques physiques, et de rester le plus possible en groupe. Est-ce bien suffisant? «Notre coopération avec la police est plus qu’excellente», affirme Bastiaan Huijgen. «Ils ont préparé une stratégie efficace et ont travaillé en étroite collaboration avec notre propre service d’ordre».

Point d’orgue d’un festival de cinq jours, le défilé de la Prague Pride aura lieu samedi 13 août, à la mi-journée. Il devrait partir de la place de la République, pour traverser plusieurs grandes avenues au cœur de la ville, et se terminer sur l’île Strelecky, au milieu de la Vltava, où des concerts, dont celui du chanteur écossais Jimmy Somerville, sont prévus.

[Mise à jour, mercredi 10 août] Le Centre LGBT Paris-Idf apporte son soutien à la Prague Pride dans un communiqué. Tout en dénonçant «une violente polémique […] orchestrée par la droite libérale au pouvoir», le Centre pointe du doigt «l’Église Byzantine Catholique» pour ses «messages homophobes outranciers et haineux»: «Pour vous donner un bref aperçu de leur propagande, selon elle, 33% des homosexuels seraient pédophiles, 50% des porteurs du VIH aux USA sont des gays, les gays et les lesbiennes seraient 100 fois plus susceptibles de commettre des meurtres que la moyenne de la population, 17 % des homosexuels mangent les excréments de leurs partenaires…», dit le communiqué. Le Centre LGBT Paris-Idf souligne «l’impressionnante mobilisation des ambassadeurs» [Les ambassades de 13 pays à Prague ont exprimé leur soutien à la Prague Pride : ce soutien a été coordonné par l’ambassade de Grande-Bretagne qui a précisé à l’agence de presse CTK qu’il n’était pas lié aux déclarations de Václav Klaus et Petr Hájek, ndlr] aux côtés des organisateurs de la manifestation et appelle l’ambassadeur de France ainsi que le maire de Paris Bertrand Delanoë à adresser un message de soutien aux participants.