En Turquie, des meurtres de trans’ ont régulièrement lieu. Didem a été assassinée dimanche soir, à Findikzade, un quartier d’Istanbul. Alertée par les cris de la victime, la police a arrêté le présumé coupable juste après que le meurtre a eu lieu. «Je croyais que c’était une femme, mais c’était un travesti. Quand je m’en suis aperçu, je l’ai tuée», a-t-il déclaré aux autorités.

Le meurtrier présumé, âgé de 26 ans, est un soldat fugitif. Il a rencontré Didem après avoir discuté avec elle sur Facebook et accepté de la payer en échange d’un rapport sexuel.

SEIZE ASSASSINATS EN 2010
Un rapport d’Amnesty International publié en juin dernier intitulé Ni une maladie, ni un crime: les LGBT de Turquie demandent l’égalité recense 16 assassinats homophobes ou transphobes dans le pays pour la seule année 2010 (lire Amnesty International épingle la Turquie dans un rapport sur la discrimination des LGBT).

Si l’homosexualité n’est pas réprimée par la loi turque, les droits LGBT sont loin d’être respectés et l’homophobie s’insinue dans la vie quotidienne des personnes LGBT et dans leurs rapports avec les autorités.

TRANSPHOBIE
Les trans’ sont particulièrement discriminé-e-s. Selon l’étude d’une association locale, 89% des transgenres disent avoir été victimes de violences physiques au cours d’une garde à vue. En 2006, une note interne de la police encourageait les arrestations de «travestis» sur la voie publique.

Un documentaire illustre la stigmatisation des personnes transgenres et la violence inouïe avec laquelle elles sont traitées. L’association Lambdaistanbul à l’origine de cette vidéo a donné l’autorisation de sa diffusion sur internet.


Si vous n’arrivez pas à lire cette vidéo, cliquez sur La terreur transsexuelle

 

[mise à jour, 18h10] Lire aussi Témoignage: L’Europe des trans pleure Ebru, assassinée en Turquie, un texte d’Hélène Hazera publié sur Yagg en mars 2009, déjà accompagné du documentaire ci-dessus.

Photo ☼〗ARGENA〖☼ via Paronomio: vue de Findikzade, le quartier d’Istanbul où a eu lieu le meurtre.