Pour la deuxième année consécutive, Yagg a proposé à ses internautes de raconter la gay pride ou marche des fiertés de leur ville à leur façon.

Après le reportage d’Anne-Marie à San Francisco, la vidéo réalisée par Thibaut et Annabelle ainsi que le récit et les photos de Callie sur la Marche de Paris, voici le compte-rendu des gay prides de Nantes et d’Angers (qui ont eu lieu respectivement le 21 mai et le 18 juin 2011) par les yaggeurs Émilie et Greg’ouille. Par ailleurs, ces derniers font partie de l’équipe d’animateurs-trices de l’émission Gayfriendly, diffusée sur Graffiti Urban Radio, une radio locale de la Roche-sur-Yon, en Vendée.

D’autres Yagg reportages à venir sur Yagg. Restez connecté-e-s!

LA GAY PRIDE DE NANTES PAR ÉMILIE ET GREG’OUILLE
3, 2, 1, 0… C’est parti! Arrivés sur Nantes à 12h. Un petit tour au village des associations pour voir ce qui se passe au niveau des stands (stands des bears, SOS homophobie, Centre LGBT, et la buvette ;)) et bien sûr le stand de dépistage était là.

14h, les chars arrivent au rendez-vous place Royale. Avant le départ, un porte-parole du Centre LGBT de Nantes prend la parole suivi d’un trans’ et d’une lesbienne vivant en France qui est menacée d’expulsion et victime d’homophobie dans son pays.

Fini les blabla et c’est parti pour la marche de la fierté sous un soleil de plomb avec comme slogan: «En 2011, je marche, en 2012, je vote»… Et nous rajouterons: «Aux urnes citoyens!». Les chars commencent à avancer, la foule en délire se met à les suivre et la musique commence à mettre l’ambiance, les gens se mettent à chanter sur Born This Way et pendant qu’une partie de la foule s’engouffre sous le rainbow flag géant, l’autre partie continue de mettre le feu.

Les boîtes de nuit ont fait leur propre char et commencent à distribuer leurs flyers pour faire leur pub et les associations font de même pour se faire connaître. Aides distribue ses préservatifs pour qu’on se rappelle toujours qu’il faut se protéger.

Nous nous arrêtons au milieu du parcours dans la rue Saint-Nicolas pour nous faire entendre pendant une minute, nous nous mettons à crier pour que la France sache que nous sommes présents.

Nous continuons la marche pour la terminer au niveau du village associatif où nous retrouvons cette année pas mal d’associations. Pour résumer, voici ce qu’en ont pensé les personnes interviewées: «Cette année la gay pride de Nantes est mieux que celle de l’année dernière mais moins bien que celle de 2009»; «On a été déçus par les chars car ils étaient moins beaux que ceux des années précédentes»; «L’endroit où se trouvait le village associatif était mieux les autres années». Un peu déçus par cette gay pride, nous avons fini la soirée au Damier qui se trouve à La Roche-Sur-Yon…

Texte et photos Émilie et Greg’ouille

[Gallery not found]

Lire la suite et la fin page suivante