Les démissions se succèdent dans le camp du candidat indépendant à la présidentielle David Norris, sénateur ouvertement gay, suite à un nouveau scandale lié à la pédophilie (lire: Irlande: un candidat à la présidentielle ouvertement gay rattrapé par des propos sur la pédophilie).

En 1997, David Norris avait envoyé une lettre – qu’il a depuis fournie au Sunday Independent – à la justice israélienne afin de demander la clémence du jury envers son ex-compagnon Ezra Yizhak Nawi. Alors âgé de 45 ans, ce dernier était jugé pour avoir eu des rapports sexuels avec un mineur, un Palestinien de 15 ans, en 1992 (en Israël, l’âge de consentement est fixé à 16 ans).

COMPLOT?
Accusé sur internet d’avoir orchestré ces révélations, l’État israélien a nié hier soir toute implication par le biais de son ambassade à Dublin. Si David Norris critique le traitement infligé aux Palestiniens, il a toujours reconnu la légitimité de l’État d’Israël.

L’un des blogueurs ayant révélé le passé d’Ezra Yizhak Nawi, le Londonien John Connolly, «n’a pas été en contact avec les autorités israéliennes» mais se sent «en quelque sorte trahi» par son informateur, rapporte The Irish Independent. «Je pense que cette personne est un sympathisant de Michael D. Higgins [candidat du parti travailliste The Labour, ndlr] et peut-être qu’elle avait dans l’idée de mettre Norris hors course au profit de Higgins».

Dimanche soir, Michael D. Higgins a nié avoir un quelconque rapport avec cette affaire. «Je n’approuve ni ne tolère cette façon de faire de la politique», s’est-il justifié auprès de The Irish Independent.

DÉMISSIONS
Depuis ces révélations, des soutiens de longue date de David Norris, comme sa directrice de communication Jane Cregan ou encore son directeur de campagne Derek Murphy ont quitté son équipe, rapporte The Irish Times.

Certains membres de Norrisforpresident.ie annoncent quant à eux leur démission en ligne. Patricia Tsouros, collectionneuse d’art, a fait connaître la sienne sur le profil Facebook du sénateur: «J’annonce ma démission du poste de directrice du développement pour la campagne de M. Norris». Le créateur de sa page Facebook, Duirmuid MacSean a lui aussi annoncé son départ: «Ces révélations ont ébranlé le crédit que je porte aux opinions du sénateur», a-t-il expliqué à The Irish Independent.

DÉTERMINATION
David Norris reste déterminé à obtenir les cinq signatures de parlementaires qu’il lui manque pour accéder au statut de candidat et reste «absolument engagé» dans sa campagne, qui, reconnaissait-il hier dans les colonnes du Sunday Independent, connaît de «sérieux problèmes».

Des fidèles continuent à soutenir le sénateur, parmi lesquels les députés indépendants Mick Wallace et Maureen O’Sullivan. Cette dernière a déploré hier au micro de Newstalk «l’affreuse manière» avec laquelle David Norris est pris pour cible depuis le début de sa campagne. «Il est loin devant dans les récents sondages d’opinion, on a monté une campagne contre lui. La manière avec laquelle ses mots ont été sortis de leur contexte et mis en scène dans la presse ne laissent aucun doute là-dessus.»